Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2566 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Document Attac18 : http://www.local.attac.org/18/

L’ECONOMIE ET LES THEORIES ECONOMIQUES.

Deuxième séance. C) Keynes et les théories keynésiennes.

Keynes :(1883-1946) Keynes est un pur produit de la haute société britannique de son époque, après des études à Eton puis à Cambridge, il travaille deux ans en Inde dans la haute administration à l'Indian Office puis devient professeur àCambridge. C'est un mondain qui mène joyeuse vie, passionné de jeu, très lié à un milieu d'artistes. Pendant la guerre de 14-18, il travaille pour le ministère des finances anglais et devient un des principaux responsables du financement de la guerre, il s’en sort très bien d'autant plus qu'il utilise ses compétences pour spéculer sur les devises étrangères. Ensuite il retourne à l'université tout ententant de s'enrichir par la spéculation financière, il se ruine puis se refait et reprend sa vie mondaine. Parmi ses ouvrages les plus importants, il écrit en 1930 un "Traité de la monnaie", puis en 1936 la "Théorie générale de l'emploi de l'intérêt et de la monnaie". Il acquiert une très grande notoriété, devient en 1939 le conseiller du ministre des finances anglais, est anobli, devient entreautres conseiller de la Banque d'Angleterre et participe à la préparation de Bretton Woods, avant de décéder en 1946.

Quelques points de la théorie keynésienne La théorie de Keynes se développe pendant une période où le capitalisme libéral a atteint une limite et aboutit à une crise majeure, c'est la grande dépression des années 1930. Les économies nationales se referment sur elles-mêmes etl'État ne peut qu'intervenir pour essayer d'enrayer la spirale de récession, de faillites, de chômage massif ; c'est l'époque des politiques de relance mises en oeuvre et financées par l'État. Une théorie macroéconomique dans un cadre national et à court terme : L'analyse économique libérale est essentiellement fondée sur l'étude de comportements d'agents individuels, c'est une approche ditemicro-économique ; l'analyse keynésienne concerne des données globales (emploi global, demande et offre globale, investissement global, etc.) et les relations qui existent entre elles, elle concerne un large domaine de l'économie, il s'agit de macro-économie. Keynes conçoit l'économie comme un système dans lequel circulent des flux. Il raisonne dans un cadre national, il s'intéresse aux équilibres entre desflux de biens, de revenus et de dépenses, à l'intérieur de l'économie nationale. Il raisonne à court terme parce que : "A long terme nous serons tous morts". Épargne égale investissement. Nous avons déjà parlé de l'équilibre à propos des théories libérales, la crise des années 1930 montre clairement que le problème de l'équilibre est plus complexe que ce qu'en disent les théories libérales. Keynesapprofondit le problème de l'épargne, elle est une part de revenus qui n'est pas consommée, pour que le système puisse alors s'équilibrer cette épargne doit être investie, c'est à dire essentiellement prêtée contre
1

intérêt ou cédée contre des droits de propriété (actions). Pour des raisons diverses (incertitudes devant l'avenir, financement d'un projet) la "propension à épargner" estvariable mais en plus, si pour les économistes libéraux l'épargne était naturellement destinée à être investie, ce n'est pas le cas pour Keynes ; il existe une part de monnaie épargnée qui n'est pas investie, elle est fonction de "la préférence à la liquidité" qui peut concerner les divers acteurs économiques, cette préférence est motivée par diverses raisons qui peuvent concerner aussi bien laspéculation, que l'inquiétude devant un proche avenir économique incertain. Quoi qu'il en soit cette thésaurisation est un facteur de déséquilibre naturel du système.

Ce schéma ne correspond pas à ce qu'on appelle le schéma keynésien mais est juste montré dans un souci pédagogique. Il s'agit du schéma de l'équilibre du marché des biens et des services, déjà vu dans le précédent exposé, auquel ont...
tracking img