Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (530 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les classiques (A. Smith, D. Ricardo, J.-S. Mill, J.-B. Say) : fin XVIII ème siècle, période d’expansion industrielle :
- la valeur d’un bien provident dans la quantité de travail qu’il incorpore.Cf Théorie de la valeur travail (Smith et Ricardo),
- Importance de la division du travail chez Smith, elle source d’augmentation de la productivité et donc de la richesse.
- le libéralismeéconomique est l’état idéal et naturellement favorable à l’augmentation de la richesse produite. L’état doit intervenir aussi peu que possible et faire aucun obstacle à la circulation des marchandises. Parabolede la « main invisible » apologie du marché et du laisser-faire.
- Say avec sa « Loi des débouchés », les produits s’échangent contre des produits, « l’offre crée sa propre demande », la monnaiene peut être thésaurisée pour elle-même.
- K. Marx : met en avance le concept d’exploitation dans la théorie de la valeur.

L’école néo-classique (L. Walras, C. Menger, S. Jevons), début des années1870 :
- rupture avec la période précédente, on passe de l’accumulation des richesses, l’économie devient la science de la rareté et l’allocation des ressources rares,
- nouvelle approche de lavaleur d’un bien, ce n’est plus la quantité de travail mais l’utilité pour celui qui le consomme,
- raisonnement à la marge (utilité marginale : utilité procurée par la consommation d’une unitésupplémentaire de ce bien qu’on compare au prix du bien),
- raisonnement à partir d’un individu représentatif rationnel cherchant à maximiser sa satisfaction (approche microéconomique et utilisation desmathématiques),
- approche en termes d’équilibre général, équilibre simultané sur tous les marchés de l’économie. Fléxibilité des prix => équilibre stable. Pas de rôle de la monnaie dans cette économie(rôle d’étalon),
- idée optimalité selon W. Pareto et concurrence pure et parfaite.

Keynes et l’école keynésienne, à partir des années 1930 :
- refuse les préceptes classiques et néo-classiques...
tracking img