Ecrire pour mieux lire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 50 (12260 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Un conte en mémoire
Mémorisation et Cartes Heuristiques en Clis1

Mémoire CAPA-SH
Option D

DUBOIS Anne-Sophie Session 2010
SOMMAIRE

Introduction 1

1) Présentation du cadre de travail, évaluation diagnostique et protocole mis en place 3
1-1) Cadre detravail 3
1-2) Approche exploratoire : évaluation mnésique 3
1-2-1) Les modèles actuels du fonctionnement de la mémoire 3
1-2-2) Résultats et analyse de l’étude exploratoire 5
1-3) Présentation du dispositif 8
1-3-1) Choix du support 8
1-3-2) Choix de l’outil 8
1-3-3) Séquence pédagogique 9

2) Un réseaud’indices pour faciliter le traitement de l’information 11
2-1) Multiplier les codages de l’information 12
2-2-1) Traiter et stocker des indices imagés 12
2-2-2) Traiter et stocker des indices verbaux 13
2-2-3) Traiter et stocker des indices moteurs 13
2-2) Donner les moyens de créer des associations d’idées 14
2-3) Bilans et perspectives15

3) Compréhension et représentation du conte 16
3-1) Comprendre ensemble 16
3-1-1) Questionner le conte 16
3-1-2) Réussites et difficultés 17
3-2) Représenter ce qu’on a compris 19
3-2-1) Pourquoi utiliser des symboles ? 19
3-2-2) Quels choix de symboles ? 19
3-2-3) Repérer la chronologie 203-2-4) Des difficultés autour des dialogues 20
3-3) Bilans et perspectives 22

4) Représentation et mémorisation : la carte heuristique et le rappel en mémoire 23

4-1) Réalisation des cartes individuelles 23
4-1-1) Enrôlement 23
4-1-2) L’image centrale 23
4-1-3) Les Idées Forces Clefs (IFC) 23
4-2) Lecture de la carte25
4-2-1) Réussites 26
4-2-2) Difficultés 27
4-3) Rappel en mémoire : évaluation finale 27
4-3-1) Modalités de l’évaluation finale 27
4-3-2) Des progrès évidents 27
4-3-3) Bilans et perspectives 29

Conclusion30

Bibliographie 32

Annexes
Introduction

Titulaire depuis 2002, j’ai choisi dès ma deuxième année d’enseignement de travailler auprès d’élèves en situation de handicap, en IME d’abord puis, après 18 mois de détachement aux Etats-Unis, en CLIS 1.
La notion de mémoire était pour moi plutôt vague et je ne la travaillais pas de façon explicite enclasse. Régulièrement, j’ai été étonnée de constater la vitesse déconcertante à laquelle mes élèves semblaient oublier un mot, une notion ou un événement. On a souvent pointé leur faible « mémoire de travail » sans que je sache vraiment comment relier cette observation aux difficultés qu’ils rencontraient dans leurs activités scolaires quotidiennes. La mémoire ne se résume pas seulement à la capacitéde réciter par cœur une poésie ou les tables de multiplication. Elle est en effet impliquée dans les processus cognitifs permettant d’accéder à la lecture, à la compréhension, à la résolution de problèmes… Cécile Delannoy résume ainsi l’importance de la mémoire dans les apprentissages scolaires : « Il n’y a de compréhension, de raisonnement, d’accès aux fonctions cognitives supérieures, qu’auprix d’une sollicitation constante de la mémoire. » (Une mémoire pour apprendre, 1994, p.8)

En début d’année scolaire j’ai assisté à la présentation, par le conseiller pédagogique de ma circonscription, d’un outil utilisé pour des activités de mémorisation et de compréhension avec des élèves du CP au CE2 : la carte heuristique. Rencontrée parfois sous le nom de « schéma heuristique », « mind...
tracking img