Ecriture d'invention la science fiction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1827 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
20 ans plus tard

20 ans c’étaient écoulés depuis les catastrophes qui avaient eues lieu au Japon en 2011.Personne ne savait vraiment ce qu’il était advenu du Japon .La seule chose qu’on savait c’est que les quelques survivant avaient étaient expatriés dans d’autres pays et que le territoire était devenu extrêmement surveillé ; personne ne pouvait y accéder.
Pendant ces 20 années d’énormesavancements technologiques avaient eues lieu et cela avait emmené les humains à leur propre perte. En effet les robots avaient pris le dessus sur les humains. Les robots gouvernaient et les humains subissaient. Leurs opposants étaient torturés puis tués. La moyenne de vie avait énormément diminuée ; elle était passée de cents ans à soixante pour les plus forts. Ceci était dû aux robots bienévidemment qui avaient décidés de couper toute sorte de vie animale et végétale. Les humains étaient donc contrains à vivre avec des masques à oxygène qu’ils devaient pour pouvoir en bénéficier servir leur maitre robot.
La véritable raison au règne des robots qui à la base avaient étaient créés pour servir les Humains était un homme nommé Max Shloud qui avait réussis à trouver le centre de commande de cesêtre non humains .Après avoir trouvé le centre de commande il avait décidé de régner sur les humains en les faisant devenir les esclaves des robots. Cependant au bout de quelques années soudainement ils s’étaient retournés contre lui est avaient pris le dessus ; les robots étaient devenus les maîtres du monde.
Mélissa une jeune fille de dix-sept ans avait toujours reniée d’appartenir à un deces êtres horribles ; elle était la nièce de Max Should et aujourd’hui elle voulait réparer l’erreur de son oncle. Elle avait appartenu à un robot qui l’avait battue et exploitée dès sa tendre enfance mais avait réussis à s’échapper à l’âge de quinze ans. Depuis deux ans Melissa se cachait sans cesse .La seule raison qui la rattachait à la vie était l’espoir qu’un jour elle trouverait le centre decommande et arrêterais ces êtres horribles ; mais son oncle qui ne l’avait jamais vraiment considérées comme sa nièce et l’avait offert à un de ses serviteur à l’âge de deux ans ne lui avait laissé aucun testament, aucune manière d’accéder à la commande des robots. La seule chose qu’il lui avait laissée était un pendentif qu’elle portait depuis sa naissance.
Mélissa était depuis plus de deux ansdans les rues se cachant pour ne pas être aperçue par son maître et les policier robots qui la cherchaient sans cesse. Nous étions le vingt-trois mars, le jour de son anniversaire, le troisième anniversaire qu’elle passer sans un maître, le troisième à chercher sans arrêt le retour à la liberté des Hommes. Elle avait décidé pour son dix-huitième anniversaire de retourner sur le lieu de la mort deses parents qu’elle n’avait jamais connus. C’était en haut d’un vieux building de Dublin ; enfaite elle venait la tous les ans, et imaginait la vie qu’elle aurait pu avoir dans un monde normal, sans robots, mais surtout avec des parents qui l’auraient aimée .En s’allongeant sur une caisse en bois qui avait toujours était là , elle fit tomber son collier qui se brisa ; la jeune femme éclata ensanglots . Mais tout d’un coup elle se rendit compte de quelque chose ; il y avait un bout de papier dans les débris de son pendentif. Elle se pencha et le ramassa une adresse y était indiquée .Elle compris alors, c’était son oncle qui avait surement du lui laisser sa en guise d’indice, en tout cas elle l’espérait énormément. Mélissa décida de se rendre à l’adresse indiquée dès le lever du jour.
Lelendemain matin dès l’aube elle entreprit ses recherches .Elle arriva à l’adresse indiquée, mais ne trouva rien ; il y avait juste un mur de brique avec un porte condamnée. Mais soudain elle aperçue sur une brique le même motif que son pendentif, elle s’approcha, tapa sur la brique et se rendit compte qu’elle était creuse. Elle prit le canif qu’elle avait toujours sur elle pour se défendre et...
tracking img