Ecriture d'invention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aujourd’hui, vendredi 26 février 2020, c’est le grand jour. J’arrive à huit heures et demi du matin, afin d’être sûr de ne pas rater mon vol. L’aéroport, est noir de monde. Il me suffit de tourner la tête pour apercevoir, un homme d’affaire au téléphone, une famille qui s’apprête à passer un merveilleux séjour sous le soleil, des étrangers qui repartent chez eux ayant l’air triste de quitter lesol français, les retrouvailles d’un couple heureux de se voir. Je ne sais plus où donner de la tête. J’avance alors vers le tableau lumineux montrant les heures de vols, le mien est à dix heures. Une voix d’hôtesse annonce un vol prêt pour le décollage vers New York. Je m’assois alors sur le banc qui se trouve sous le panneau lumineux pour attendre l’ouverture de la bagagerie. Pour faire passer letemps, j’observe les personnes, certaines pressées bousculent la foule, d’autres plus tranquille se déplacent d’un pas lent tandis que d’autres sont perdues. Cela m’aura occupé quelques minutes. . . Je me lève vivement et me dirige vers le kiosque à journaux. J’achète alors quelques magazines afin de me distraire un peu. Je reprends ma place, ouvre le magazine et commence la lecture. Plus tard,n’ayant pas vu le temps passé, je lève la tête, l’horloge de l’aéroport affiche neuf heures. En face de moi, ce trouve une longue file d’attente. C’était la bagagerie pour Tahiti qui était ouverte. ENFIN ! J’allai pouvoir me débarrasser des bagages encombrants mes mains. Le temps passe, les gens passent peu à peu. C’est à moi, l’hôtesse, me demande de poser mes bagages sur le tapis roulant. Je peuxalors, je me diriger vers la salle d’embarquement. De cette pièce, on peut voir les avions décollés, bientôt ce sera à mon tour de partir d’ici. J’attends encore quelques minutes. Un haut parleur annonce l’embarquement pour le vol en destination de Tahiti. La foule se rut vers le guichet, comme d’habitude je me retrouve parmi les derniers. Je me retrouve face au steward, me demandant mon billetainsi que ma carte d’identité. Je lui présente alors les deux documents. Il arrache de main ferme la partie du billet qu’il doit conserver, et me souhaite un bon voyage à bord de la compagnie aérienne. Je me dirige vers le couloir qui relie l’avion et la salle. Je traverse ce grand couloir étroit et sombre. J’arrive devant la porte de l’avion, deux autres hôtesses m’accueillent. Je regarde sur monticket pour savoir sur quelle place je vais devoir m’asseoir. J’ai trouvé la place D3 qui m’a été attribuée. Je m’installe confortablement dans le siège. Une hôtesse se place au milieu de l’avion. Pendant que le pilote, explique les actions à réaliser en cas de problèmes, l’hôtesse les montre par des gestes simples. Après ces quelques explications, le pilote nous souhaite la bienvenue, et espère quele voyage se passera bien. Le moment est venu pour nous de décoller. Presque couché, la tête collée au siège, c’est PARTIE ! Une fois l’avion stable, je regarde par le hublot les nuages en pensant que j’aimerai les toucher juste une fois. Les hôtesses passent dans le couloir principal et nous propose quelques boissons rafraichissantes. Je ferme les yeux et m’endors. Mon voisin me donne un coup decoude. Je me réveille en sursaut. Nous sommes arrivés ! Je pose un pied sur la terre tahitienne. Une navette, nous attend, et nous amène vers le guichet d’arrivé. Je vais vers la bagagerie afin de récupérer mes valises. Je la vois au loin, je cours pour aller la chercher.

Je sors de l’aéroport, un vent chaud me caresse le visage. Je prends un taxi qui m’amène jusqu’à l’hôtel dans lequel jevais passer mon séjour. Je jette un regard par la fenêtre et vois toutes sortes de fleurs exotiques. Un grand bâtiment se dresse devant mes yeux, sa décoration extérieure me laisse penser que son intérieur est chic. Je reconnais alors l’entrée qui était dans la brochure dans laquelle j’avais sélectionné mon hôtel quelques mois auparavant. C’était l’hôtel dans lequel j’allais résider. Je sors de...
tracking img