Ecriture d'invention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1542 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Cette fille, ce secret.

Tout était comme au ralenti. Sa respiration régulière, le mouvement de ses cheveux. J’adorais quand elle les relevaient. Je voyais ainsi sa nuque droite. Et aussi, quand elle se retourna pour demander un stylo. Ses yeux se posèrent un moment sur moi. Elle me sourit. Elle sourit comme pour dire «  Je peux faire face à n’importe quoi ». Sesyeux lui donnaient un air confiant. Elle était une de ces personnes si rares qui, avec un regard, te disais tout ce qu’elle voulait sans ajouter un mot de plus. Elle était si mystérieuse. Elle cachait un coté sombre, ça se sentait. Je l’observa ainsi pendant un an. Un an de silence à tenter de résoudre ce mystère. Puis un jour, alors que j’étais devant le lycée seul, –comme à mon habitude- elles’approcha de moi. Je sentis le battement de mon cœur s’accélérer. Je pensais, qu’elle allait , comme à son habitude passer près de moi, ne se rendant même pas compte de l’effet qu’elle faisait à tous les garçons qui étaient aux alentours. Mais non, pas ce jours-ci. Ce jour se devait d’être exceptionnel.

- Salut ! Me dit elle avec son sourire de toujours
- Euh… Coucou. Oui ?
Je nesavais pas trop quoi dire, quoi faire.
- Tu as une cigarette s’il te plais ?
- Oui,oui,oui ! Hum… Bien sûr. Tiens !
Elle rigola de la façon la plus mignonne qui soit .
- Merci beaucoup, c’est très gentil à toi.
Elle s’assit à coté de moi. Juste quelques centimètres – deux tout au plus- me séparait de la fille de mes rêves. Je sentis mes joues s’empourpraient. J’avais envie decrier mais… crier de joie !
- Je t’observe souvent. Toi aussi à ce que j’ai pu voir . Je me trompe ?
Elle parlait d’une façon calme et douce sans mâcher aucun de ses mots comme si, tout avait été calculé et programmé.
D’un coup, je réalisa qu’il fallait que je lui réponde.
- Merde ! Désolé, désolé ! Euh… Non,non tu te trompes pas. Je t’observe parfois, c’est vrai. Dis-je tout enbaissant les yeux.
- Ce n’est pas grave, il n’y a pas de mal à ça. Je t’ai bien dis que je le faisais non ?
- Oui,oui en effet. Et… Pourquoi moi ?
- - Pour un tas de choses. Surtout car, dès que je te regarde, je vois les notes défilaient. En fait, tu me donnes de l’inspiration. Tes tableaux aussi.
- Oh ! Enfin, je veux dire… Tu as vu mes tableaux ? Qu’en as-tu pensée ?
- Jetrouve que chacun dégage un sentiment particulier. J’aime ça. Mon préféré est «  Blanche nuit ». C’est comme si, toute la beauté du monde te sautais aux yeux. Il me fait penser à tellement de choses …
- Merci beaucoup. C’est aussi celui que je préfère. Et à quoi te fais t’il penser ?
- C’est un secret… Tu le sauras peut être un jour, qui sait.

Nous avons continué ainsi pendant prèsd’une heure. En plus d’être belle, elle était drôle, intelligente, parfois superstitieuse, censée, rêveuse… Je pourrais continuer ainsi pendant bien longtemps. Les deux semaines qui suivirent furent dans la continuité de cette belle journée. Nous parlions des heures au téléphone le soir, devant le lycée ou au café la journée. J’avais l’impression de la connaître depuis toujours. Puis un jour, elle eul’idée bizarre de m’inviter à une fête organisée par quelques uns de ses meilleurs amis. Elle avait bien entendu nul besoin de me convaincre. Elle me donna l’adresse et le samedi soir j’y étais, pile à l’heure. C’était une grande maison… Non que dis je ! Un manoir . Je poussa discrètement le portail puis la porte d’entrée pour trouver une centaine de jeunes bourrés, défoncés – parfois même lesdeux- dansant à moitié nu sur des tables, enlaçant le premier inconnu.
Je la chercha des yeux un moment quand mes yeux se posèrent sur une jeune fille de 1m70, aux jambes longues et bronzées et au visage parfait étant habillée telle une jeune star du rock branchée assise sur un fauteuil en daim gris, une cigarette à la bouche. C’était bien elle ! Elle leva ses yeux verts émeraudes et, dès...
tracking img