Ecriture d'invention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3610 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Village de Oyashi
Le Commencement

Rapport du Brigadier-Chef Thompson - 12 Juin 1987

Le 12 Juin 1987, un double meurtre a été commis suivi du suicide du meurtrier. Hiro Yoshikawa, âgé de 17ans, du village de Yokasa. Les deux victimes se nomment Yui Takeshi et Suzuka Suzuran, qui appartiennent au même village que le meurtrier.
Aux alentours de 20h00 dans la soirée, des voisins auraiententendu des bruits inhabituels, mais ils n'y avaient pas prêté attention jusqu'à 20h30 où ils ont remarqué qu'une fourgonnette blanche stationnait devant la maison du meurtrier, phares allumés. Les voisins qui habitaient à 5 minutes à pied du lieu du crime ont décidé d'aller y jeter un œil. A 20h35, le portail était fermé, la fourgonnette n'était plus là, mais la porte arrière de la maison n'étantpas fermée correctement, ils pénètrent dans la propriété ; une fois à l'intérieur et au premier étage, ils ont été tous pétrifiés devant l'horreur qui se présentait dans la chambre du meurtrier : elle était couverte de sang sur tous les murs et il en était de même pour les victimes. Le meurtrier quant à lui est mort dans une cabine téléphonique, il aurait mis fin à ses jours en se coupant lagorge avec ses ongles. j'ai reconnus la thèse du suicide comme étant la plus probable.
J'étais arrivé à mon village natal; c'était calme; ma mère et moi étions devant notre ancienne habitation. Toujours la même malgré l'air de vieillesse qu'elle avait pris avec le temps. Deux ans sans personne pour en prendre soin ! J'étais déjà fatigué à l'idée que je devrais nettoyer moi-même quand soudain, deuxbras qui m'étaient familiers m'agrippèrent par derrière; je reconnus de suite une amie d'enfance.
Ah, Bonjour Suzuka, tu m'as presque fait peur !
Bonjour Hiro, j'ai tenu ma promesse comme tu le vois !
De quelle promesse parles-tu ?
Je n'aurais pas dû poser cette question.
Juste après, brusquement, l'expression de son visage avait changé. Pendant un instant, un sourire démoniaquel'avait bouleversé, c'était un sourire dans lequel je pouvais voir des ténèbres. Elle retrouva son visage affable.
Je viens de m'en souvenir finalement...
Ah, tant mieux, je pensais que tu l'avais oublié. Alors... À demain ! On se voit au même endroit comme au bon vieux temps ?
Oui, à demain.
A ce moment-là, un frisson me parcourut tout le long de la colonne vertébrale. Quelle étaitcette promesse à laquelle elle tenait tant ? Je rentrai chez moi; c'était presque le soir; j'aidai ma mère à préparer le dîner, comme j'avais l'habitude de l'aider au Japon : je lui étais d'une grande aide. Après le dîner, comme le voyage avait été long, je me résolus à aller dormir tôt et je me rendis dans ma chambre, quand j'ouvris la porte, je crus apercevoir une personne en face de moi, derrièrela fenêtre; je me frottai les yeux; il n'y avait plus personne; je croyais d'abord que ce n'était que la fatigue qui me jouait des tours mais à chaque fois que je voulais jeter un œil par curiosité malgré la peur, je revis cette personne.
Le lendemain, je me levai au premier appel de ma mère; je pris mon petit déjeuner rapidement car Suzuka devait surement m'attendre, telle que je la connaissais,elle serait là avant le rendez-vous que l'on s'était donné. Ma maison se trouvait hors du village mais je pris seulement quelques minutes grâce au raccourci qui se trouvait toujours là. J'arrivai au point de rendez-vous quelques minutes plus tôt. il y avait toujours ce vieux moulin à eau qui ne voulait pas fonctionner ; elle était là. Nous partîmes en direction de l'école. Quand nous arrivâmes àl'école, je rencontrai une autre amie d'enfance.
Ça faisait longtemps Yui !
La sonnerie retentissait.
Pas le temps pour les retrouvailles, dépêchons-nous ou on va se retrouver dans l'isoloir.
L'isoloir ! je vois qu'il y a toujours cette punition...
Nous étions arrivés à la salle, le cours allait commencer. Comme nous sommes dans un petit village, il n'y a qu'une seule classe, tous...
tracking img