Ecriture d'invention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1134 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ECRITURE D’INVENTION

Hier après-midi, nous avons eu l’honneur de recevoir dans nos locaux Sophie Vernin, metteur en scène de la future représentation de la si célèbre et à l’époque de son écriture très controversée, pièce intitulée Le Misanthrope, de Molière. Nous avons longuement discuté avec cette artiste connue pour son travail remarquable sur cette pièce, et de ce qui nous attend si nousdécidons d’aller voir le fruit de son travail. Voici les moments les plus intéressants de l’entretien :
Journaliste : C’est un honneur pour nous aujourd’hui de pouvoir vous interroger sur votre œuvre.
Sophie Vernin : Et c’est un honneur pour moi de répondre à vos questions.
Journaliste : Parlez-nous de la mise en scène que vous avez choisi.
Sophie Vernin : Il faut avouer que Molière ne nous aguère laissé d’indications sur la façon dont il souhaitait que sa pièce soit jouée. Je ne dirais pas que c’est un défaut, mais il se peut que lorsque j’ai lu la pièce, je ne l’ait pas interprétée telle que Molière voulait qu’elle le soit au moment où il l’a écrit. Ce qui peut faire que je ne choisirai peut être pas la mise en scène qui aurait été le plus adaptée pour la compréhension du lecteur.J’ai effectué des recherches complémentaires sur la mise en scène telle que Molière l’imaginait, mais malheureusement mes résultats ne m’ont pas beaucoup aidée.
Journaliste : Quel était votre but en décidant d’organiser une nouvelle reprise de cette pièce ?
Sophie Vernin : Je trouve que cette pièce traite beaucoup de sujets à la fois ; L’hypocrisie, l’amour, mais aussi ceux qui critiquent lesamoureux et les hypocrites. Je pense que dans notre société, sans vouloir blesser quiconque, beaucoup de personnes s’identifieront dans ces caractères. J’ai dans l’idée que ces personnes seront plus affectées par la représentation que les autres, et que peut-être en sortant de la salle, ils réfléchiront et se remettront en cause. Enfin, il ne faut pas trop rêver pour l’instant, car la mise enscène n’est pas encore finalisée, et pour que les spectateurs tirent une leçon de cette pièce, il faut qu’elle ait un impact fort. Il ne faut donc rien négliger.
Journaliste : Parlez-nous de la mise en scène telle que vous l’imaginez actuellement.
Sophie Vernin : En lisant la pièce, j’ai eu une certaine impression de richesse matérielle. C’est pour cela que j’imagine les décors riches en couleurs.Les fauteuils avec des broderies dorées et argentées, et une couleur vive telle que le rouge. Peu de meubles, car c’est l’usage à l’époque, en bois sculpté, des assiettes de porcelaine, des tapis. Je veux que le spectateur, en regardant la pièce, ressente la richesse de chaque personnage. Pour ce qui est des acteurs, je pense qu’il serait approprié de choisir un jeune homme d’une vingtaine d’annéedans le rôle d’Alceste. J’ai dans l’idée que la jeunesse représente assez bien cette vision de la révolte contre une société établie. Alceste, venant juste d’achever la découverte de sa classe sociale, se rend compte que la société n’est pas aussi belle qu’on le dit. Le placer à l’âge de 20-30 ans, c’est aussi une façon de représenter les 20-30 ans d’aujourd’hui, qui viennent juste de rentrerdans la vie active, et qui se rendent compte que la vie n’est pas aussi belle qu’ils le pensaient, car il étaient aidés par leurs parents.
Journaliste : Et pour ce qui est de Célimène ?
Sophie Vernin : Célimène, je l’imagine avec environ 10 ans de moins qu’Alceste. Certes, elle est veuve, mais jeune. Cette critique qu’elle fait de tous ces semblables chaque fois que bon lui semble, est bienreprésentative des jeunes de 17, 18 ou 19 ans d’aujourd’hui, qui peut être, pas encore assez matures, ne font que dénigrer leur semblables alors qu’ils ne sont pas mieux qu’eux. J’imagine Célimène très maquillée, avec beaucoup de robes et de parures ; En somme, une femme coquette. Philinte, quant à lui, me parait lui aussi jeune. Cette fausse amabilité et ses politesses intéressées sont un vice à...
tracking img