Education civique et ethique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1175 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EDUCATION CIVIQUE ET ETHIQUE
INTRODUCTION
En février 2008, la communauté nationale camerounaise a vécu des scènes d’émeutes dans de nombreuses villes. Au cours de celles-ci, des jeunes, mineurs pour la plupart et fréquentant les milieux scolaires se sont livrés à des actes de pillages, de vandalisme et d’incivisme généralisé. Il ya quelques semaines le gouverneur et le régional del’enseignement secondaire du littoral ont dû intervenir au lycée de Njoss de Douala pour ramener à l’ordre des élèves qui boycottaient la cérémonie de levée des couleurs. Il est de plus en plus courant de voir la communauté éducative se confronter à une recrudescence des actes d’indiscipline de tous les ordres dans les établissements scolaires. L’on assiste de façon quasi quotidienne à des scènes dedélinquance, d’impolitesse, d’insubordination, d’absentéisme, de fraude, de manque d’intérêt pour les études et les cérémonies officielles et d’une manière générale au non respect des valeurs civiques et éthiques. Qu’est ce qui pourrait bien expliquer ou justifier cette violation des règles civiques et éthiques dans les milieux scolaires ? Quelles en sont ses origines et leurs conséquences éventuelles pourla société ? Nous tenterons de répondre à ces interrogations en examinant tour à tour les facteurs explicatifs de cet incivisme, les problèmes que cela pose à la communauté nationale et quelques solutions envisageables.
I LES FACTEURS EXPLICATIFS DE L’INCIVISME EN MILIEUX SCOLAIRES.
La multiplication de l’incivisme dans ces milieux s’explique par les facteurs politiques économiquesinstitutionnels et socioprofessionnels.
A LES FACTEURS POLITIQUES
Au début des années 2000, suite aux victoires des lions indomptables, ceux-ci ont été présentés comme modèles pour les jeunes par les pouvoirs publics. Or au regard de leur parcours scolaires, l’on constate que ces lions ne furent pas des modèles en terme de civisme. De plus dans l’organisation des plannings scolaires, très peu de tempsest consacré au cours d’éducation civique et éthique de même que le coefficient qui leur est alloué généralement 02 n’est pas à même de forcer l’intérêt des élèves à ce cours.
Par ailleurs, la politique des quotas ou de l’intégration régionale lors des concours d’entrée dans les grandes écoles professionnelles pose le problème de crédibilités du système éducatif camerounais et l’on assiste donc àla mort du mérite, à la fuite des compétences. Et l’environnement étant pollué par la corruption ambiante, le culte du moindre effort s’installe et pose véritablement le problème de la crise de modèle.
B) LES FACTEURS, SOCIOPROFESSIONNELS
Depuis plus d’une décennie la crise économique a eu pour corollaire la démission des parents dans leur rôle d’éducateur de base. Les parents devanttravailler avec beaucoup d’acharnement pour joindre les deux bouts, la faiblesse de leur pouvoir d’achat ne leur donne plus assez pour consacrer à leurs prérogatives qui sont la majeure partie de leur temps libre abandonnés à eux même et soumis à des influences non contrôlées notamment avec l’avènement de la télévision numérique par satellite ou par câble et le développement des N.T.I.C ( NouvellesTechnologies de l’Information et de la communication).
Par ailleurs, le taux anormalement élevé de diplômés sans emploi n’est pas à négliger. En effet, la non insertion socioprofessionnel des aînés génèrent des frustration qui ont pour effet de décrédibiliser l’école dans sa mission formatrice auprès de leurs cadets. Ce d’autant plus que le paradigme encours depuis plusieurs décennies est :école_ diplôme_travail.
En outre, l’on observe de plus une dépravation des mœurs dans les établissements scolaires, générée par une proximité malsaine entre les élèves et leurs encadreurs ; de même que dilution de la coopération école-famille.
C) FACTEURS ECONOMIQUES ET INSTITUTIONNELS.
La crise économique en cours depuis les années 1980, les programmes d’ajustement structurels des années...
tracking img