Education finlande

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3772 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Forces et faiblesses du système éducatif finlandais Conférence donnée dans le cadre du cours Question de pédagogie de la discipline, (METH089)
Charlotte Bouckaert charlotte.bouckaert@scarlet.be UREM ULB Le 13 décembre 2006

Table des matières
1 Introduction 2 Un peu d’histoire 3 Le système éducatif finlandais 3.1 L’école obligatoire intégrée de 7 à 16 ans 3.1.1 L’aide aux élèves en difficulté . .3.1.2 L’orientation scolaire . . . . . . . 3.2 Le lycée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.3 L’université . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2 3 3 4 4 5 5 5 5 6 6 6 7 7 7 8 8

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .. . . . .

. . . . .

4 Les facteurs déterminants du succès de la Finlande 4.1 L’analyse finlandaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.2 Mon analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Le témoignage d’une élève finlandaise 6 Le témoignage d’un prof suisse 7 La formation des enseignants 7.1 La formation initiale . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2 La formation en cours de carrière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Que peut-on reprocher au système éducatif finlandais 9 Les clubs mathématiques

1

10 Conclusion 11 Les sites web

8 9

1

Introduction

La Finlande est citée en exemple depuis plusieurs années pour la qualité de son système éducatif. Les jeunes de 15 ans sontde loin les meilleurs en lecture, et sont très bien placés aux tests PISA de mathématiques et des sciences. Comment se fait-il que ce pays de cinq milllions d’habitants, mal connu chez nous soit devenu une référence ? C’est le pays de Nokia et de Linux, mais jusqu’il y a peu les autres pays scandinaves regardaient la Finlande de haut et les Finlandais, avant le succès des enquêtes PISA, disaienteux-mêmes « En ce qui concerne les réformes scolaires, la Finlande commet exactement les mêmes erreurs que la Suède avec dix ans de retard ». Ce pays qui par certains aspects évoque la Belgique peut-il nous inspirer pour insuffler une vigueur nouvelle à l’enseignement des mathématiques et des sciences ? C’est un pays bilingue, longtemps sous domination suédoise avant de passer à la domination russejusqu’en 1917, date à laquelle la Finlande est devenue indépendante. 85 % de la population est luthérienne.

2

Un peu d’histoire

Le système éducatif finlandais actuel est l’héritier d’une tradition éducative bien ancrée dans le passé. L’intérêt pour l’éducation n’est pas neuf. Par exemple, dès le 16e siècle, les pasteurs ne pouvaient célébrer un mariage qu’après avoir vérifié que les futursépoux savaient lire et écrire. Sous l’occupation russe au 19e siècle, le pasteur luthérien Ugo Cygnaeus (1810-1888) a marqué de son empreinte le système éducatif finlandais. Il a eu l’idée de l’école primaire unique, mixte et obligatoire pour tout le monde, indépendamment de la classe sociale. Il a créé des centaines d’écoles rurales. Grand voyageur et grand naturaliste, il a beaucoup insisté surl’importance des sciences naturelles dans l’enseignement. Bien entendu, l’éducation religieuse avait aussi sa place et elle conserve son influence dans l’école d’aujourd’hui. Il est intéressant de noter à ce propos, qu’il n’y a pas de guerre scolaire en Finlande. L’école privée représente à peine 1 % des effectifs. Il n’y donc ni guerre entre réseaux (pas de Collège Saint-Michel ou d’Athénée RobertCatteau) ni différence flagrante de qualité entre les écoles. La Finlande est un pays profondément démocratique qui n’a jamais eu d’aristocratie. Le système éducatif actuel émane d’une réforme de 1963 qui visait à promouvoir une société équitable avec un haut niveau de performance économique. La loi de 1965 établissait un enseignement obligatoire commun intégré de 7 à 16 ans. Quinze après la mise en...
tracking img