Education gargantua pour son fils

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2587 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Ces citoyens, au nombre d’environ 8 000 …
…… vers le début du Ve siècle les spartiates sont imbus de leur supériorité, bien qu’ils aient des droits limités, et surtout des devoirs. Tout travail manuel leur étant interdit, ils vivent de leur dot de terre et doivent, de 20 à 60 ans, être en permanence à la disposition de la cité pour s’entraîner en commun aux exercices militaires et, le caséchéant, prendre part à la guerre. Ils constituent une caste d’aristocratie militaire, formés dés l’adolescence dans un collectivisme radical, et soudés tout au long de la vie par la pratique quotidienne des repas en commun, par groupes de quinze, pour lesquels chacun doit pouvoir payer son écot sous peine de déchéance civique. Ces repas sont en principe frugaux, la spécialité des cuisiniers de Sparte estle brouet noir, sorte de ragoût ou de civet ; on peut boire du vin, mais il est interdit de s’enivrer ; ceux qui ne respecteraient pas les règlements sont passibles de châtiments immédiats tels que la bastonnade, ou de sanctions plus sévères pouvant aller jusqu’à la peine de mort, en cas de manquement grave à la discipline.
[pic]

Les Homoioï sont tenus de se marier, vers l’âge de 30 ans, pouravoir des enfants, en petit nombre, par souci de ne pas trop diviser les terres qu’ils possèdent, mais en engendrant au moins un garçon, dont la survie dépend de l’avis des vieillards de la famille : dans une optique d’eugénisme, seuls sont conservés les enfants qui paraissent de constitution normale, les autres étant abandonnés dans les montagnes environnantes ou précipités dans un gouffre.
Lavie privée du citoyen est strictement contrôlée, et tout luxe lui est interdit dans les maisons : des vérifications sont faites à l’improviste par des inspecteurs, et l’on fait en sorte que la vertu du citoyen soit entretenue par la crainte.
[pic]
 

Éducation spartiate

L’éducation spartiate est un condensé de l’étrangeté de Sparte, elle résume ses valeurs et ses buts. Réputée être l’œuvrede Lycurgue, au VIIe siècle av. J.-C., elle présente les particularités d’être obligatoire, collective et organisée par la cité.

L’éducation archaïque

Aux VIIIe–VIIe siècle av. J.-C., l’éducation spartiate est déjà consacrée au métier des armes. Les jeunes Spartiates ne doivent plus rechercher, comme aux siècles antérieurs, leur gloire personnelle (idéal homérique), mais la gloirecollective, la victoire de la cité. Le poète Tyrtée symbolise bien cette nouvelle éthique : « il est beau de mourir, au premier rang, en brave qui combat pour la patrie. »
L’éducation archaïque conserve néanmoins des traits de l’éducation homérique : l’athlétisme et les sports hippiques conservent une grande importance. Aux Jeux Olympiques, de 720 à 576, sur 81 vainqueurs connus, 46 sont Spartiates. Pourla course à pied, sur 36 connus, il y a 21 Spartiates. Ensuite, la musique occupe une place d’honneur (à cette époque, Sparte est la capitale musicale de la Grèce). Les diverses fêtes (Hyacinthies, Karneia ou encore Gymnopédies) sont prétexte à des concours de danse d’un haut niveau de raffinement, nécessitant un entraînement spécialisé.

L’agôgè

À partir du VIe siècle (vers 550 av. J.-C.),l’éducation change de nature. Elle devient l’ἀγωγή / agôgế — le nom lui-même ne datant que de l’époque hellénistique — profondément originale puisqu’elle est :
• obligatoire : il faut être passé par là, entre autres, pour être pleinement citoyen. Pour Xénophon, les non-participants sont des citoyens diminués, qui ne peuvent pas accéder aux magistratures ni aux corps d’élite, pour Plutarque, ilssont tout bonnement privés des droits civiques. Inversement, des individus non-citoyens subissant l’agôgè peuvent devenir libres : ce sont les μόθακες / móthakes (voir Hilotes) ;
• collective, par tranche d’âge ;
• organisée par la cité, ce qui lui attire les louanges de Platon et Aristote.
Le citoyen s’entraîne désormais à l’activité guerrière dès son plus jeune âge : dès l’âge de...
tracking img