Effet de la crise sur ide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Le Maroc comme le reste du monde n'échappe pas à la crise que traverse l'économie mondiale. Pourtant au début beaucoup d'analystes s'accordaient à dire que l'effet de la crise mondiale sera limitée et que la croissance que connais le Maroc depuis plusieurs années ne va pas être affecté.

Aujourd'hui on s'aperçoit que la réalité est toute autre. Le Maroc qui aouvert son économie au tourisme et aux investissements directs étrangers (IDE) notamment est donc touché fatalement par le ralentissement des investissements à l'échelle international.

Certes le Maroc ne connaitra pas de récession comme beaucoup d'autres pays européens mais les projets et les investissements en cours ou futures sont freinés par la situation morose des principauxinvestisseurs étrangers du pays (la France et l'Espagne).

Le Maroc ne peut donc être à l’abri de ce qui se passe au monde, les risques d’un atterrissage des IDE sont réels, les effets sur l’économie marocaine sont les conséquences d’une économie mondialisée.

Au-delà de ce constat et à la lumière de ce climat de transmission de la crise, l’objet de ce travail est de répondre la questionsuivante :

Face à la faillite du système financier international, l’attractivité du Royaume en matière d’investissements étrangers directs (IDE) serait-elle en train de s’essouffler ?

Pour ce faire des éléments de réponses sont apportés dans le cadre de cet exposé en quatre parties :

I- IDE: tendances (mondiale et régionale) et perspectives

II- Les déterminants des IDE au MarocIII- l’évolution des IDE au Maroc dans la crise

IV- les mesures prises pour réduire les effets de la crise sur les IDE

SOMMAIRE

I/ IDE: tendances (mondiale et régionale) et perspectives

L'investissement direct à l'étranger (IDE) et l'activité étrangère des firmes multinationales se développent à un rythme soutenu. Les entreprises recourent à l'IDE lorsque leursavantages spécifiques surpassent tous les désavantages liés à l'exploitation d'un marché étranger et que, tout bien considéré, le pays d'accueil présente pour elles un avantage de situation. De tels investissements sont susceptibles de se substituer directement aux échanges, et également d'accroître la compétitivité des firmes en question sur le marché d'accueil, en favorisant les exportations enprovenance du pays investisseur : l'ide s'avère alors complémentaire des échanges internationaux. Ainsi, la production internationale des filiales de sociétés étrangères supplante les exportations sur les marchés mondiaux des biens et des services, et elle croît plus rapidement. L'ide et les exportations continueront de croître à mesure que les consommateurs, les producteurs, les fournisseurs etles gouvernements des divers pays deviendront plus interdépendants. Cela découle d'un processus dit de mondialisation qui résulte de nombreux changements, et notamment de percées technologiques et d'innovations sur le plan financier.

A/ Tendance mondiale (par niveau de développement) .

La structure mondiale des IED se modifie sous l´effet de la réduction des flux àdestination et en provenance des pays développés.

Les flux mondiaux d’IED ont partout été gravement perturbés par la crise financière et économique qu'a connu le monde ces dernières années.

Les entrées d´investissement étranger direct (IED) et les fusions et acquisitions transfrontières - le principal mode de l´IED - se sont effondrées dans le monde au dernier trimestre de2008 et le recul a continué en 2009. Au premier trimestre de 2009, les entrées d´IED ont chuté de 44 % et les fusions et acquisitions de plus de 40 % par rapport à la même période de l´année précédente.

Avec l’aggravation de la crise économique et financière, les flux mondiaux d’IED sont tombés d’un niveau historique de 1 milliard 979 millions de dollars en 2007 à 1 milliard 700...
tracking img