El desdichado (nerval)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1327 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EL DESDICHADO (Nerval)

Intro
Il s’agit d’un poème sous une forme très classique : le sonnet (2 quatrains + 2 tercets). Il est tiré du recueil Chimères (= animal fabuleux composé de 2 moitiés : chèvre et lion, ce sont des êtres ambigus, mais c’est aussi une création de l’esprit). Il y a un lien évident avec l’imaginaire, c’est un intermédiaire entre le monde des Dieux et le monde des humains.Le recueil est composé le lendemain de grands troubles mentaux. On sent une tension dans le poème, puisqu’il va avoir peur d’une rechute dans la folie. Rmq : - La typographie (disposition sur la page) : l’auteur a noté des pauses de manière très nette. Ex : dans le premier vers on trouve des tirets. (/ ! \ à la lecture des vers 1 et 3.) On trouve aussi des points de suspension (flou, événement nonfini), qui traduisent le doute et les errances du personnage. - L’impression à la 1ère lecture d’un texte peu compréhensible qui passe d’un personnage à un autre et on passe par différents types de phrases. Ex : « Je suis » déclaratif ; « Suis-je» interrogatif ; « Rends-moi » impératif ; « J’ai rêvé » passage à certains faits. Le titre est énigmatique, étranger (plaisir du son agréable). Lepremier titre était « Le Destin ». « El Desdichado » est une devise qu’un compagnon de Richard Cœur de Lion portait sur son bouclier (= le dépossédé).

1er quatrain
V1 : Le poème commence par une affirmation forte : « Je suis » + 3 noms accompagnés d’un article défini qui vont isoler le poète. « Je suis le ténébreux » est une structure régulière, avec un rythme clair pour ce début ainsi que des sensprofonds. On a une coupe à l’hémistiche, ainsi qu’un parallélisme : 2 - 4 / 2 – 4. On remarque aussi la reprise de « inconsolé » par « consolé » au v5. Le mot « ténébreux » exprime l’idée du noir. Il est d’ailleurs expliqué par la suite avec « ma seule étoile est morte ». On a en effet « veuf », ainsi que « inconsolé » (la souffrance s’étire : 4 syllabes).  C’est un vers extrêmement négatif(privation de lumière, de femme, de consolation). V2 : On a l’allusion à der personnages connus dont Nerval prétend être le descendant. C’est un vers qui se lit dans la foulée (en une seule respiration. Le mot « abolie est très fort, il contient une idée d’absolu : le poète a perdu quelque chose d’important. C’est le symbole de la tour où l’on enferme un trésor. V3 et 4 : On a un enjambement, le versse poursuit sur le suivant. La typographie est spéciale : on a des italiques pour marquer l’insistance sur certains mots qui ont une valeur particulière. Le mot « seule » insiste sur l’unicité de l’étoile (= symbole de la femme aimée). On insiste sur sa disparition définitive avec « morte » ajoutée à la coupe rythmique. D’autre part, « le luth » est un instrument traditionnel médiéval quicorrespond au contexte du Château d’Aquitaine, c’est l’accompagnement musical de la poésie. « Constellé » est un retour à l’étoile, « soleil noir » est un oxymore et « mélancolie » est mise en évidence par l’italique, mais aussi par les majuscules. C’est un mot qui vient du grec : la bile noire.  Melancolia de Dürer (tableau du XVIème). Nerval connaissait ce tableau puisqu’il en parle dans 2 autresœuvres.

2ème quatrain

« Le tombeau » reprend l’idée du « veuf » du 1er vers, c’est le retour du motif de l’obscurité. « Toi qui m’as consolé » montre que la consolation n’est intervenue que sur le moment. Dans cette strophe, Nerval fait allusion à sa vie : il a cherché à se jeter à la mer en Italie ; « le Pausilippe » est un lieu en hauteur qui domine la mer, c’est un lieu qui fait cesser latristesse, un lieu de non-message. Souvenir autobiographique ? « La fleur » c’est l’ancolie (écrit dans la marge d’un de ses manuscrits), on a une allusion au pouvoir des fleurs. On a les premiers termes positifs du texte avec « plaire » et « tant » qui vient renforcer ces termes. On a aussi l’impression d’un retournement de situation : le passage de la nuit du tombeau à des paysages extérieurs ; «...
tracking img