El qods

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6506 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Al-Qods : le passé, le présent et l’avenir 
Dr Mohamed Imara(*)
 
En l’an IV avant J.C, les Cananéens, habitants de la Palestine fondèrent la ville de Yerushalayim, devenue par la suite Jérusalem. On retrouve ce dernier nom dans bon nombre de langues telles le grec, le latin, l’allemand, le français, l’anglais et autres langues pratiquées en Occident. Le nom désignant cette ville dansl’Ancien Testament remonte à la même origine.
Historiquement, les hébreux s’installèrent dans cette ville dès l’an X avant J.C trois mille ans après sa construction par les Cananéens, lorsque le prophète David, (que la paix de Dieu soit sur lui) l’eut conquise. L’occupation juive qui s’étendit sur plus de quatre siècles (415 ans) prit fin quand les babyloniens anéantirent le royaume de Juda en 580 avantJ.C et entamèrent la période du «pillage babylonien» des hébreux.
Plus tard, les Perses permirent aux hébreux de regagner le pays de Canaan. Mais ceux-ci n’y fondèrent pas d’Etat et n’avaient aucune autorité politique sur la ville.
Gênées par la présence des hébreux, les autorités romaines s’empressèrent de démolir la ville. Cela se fit à deux reprises. Une première fois par l’empereur Titus(29-281) en l’an 70, une seconde en 125 par l’empereur Hadrien qui la rasa entièrement et la rebaptisa Aelia Capitolana, «Grande Aelia». Jérusalem garda ce nom jusqu’à la conquête islamique menée par le compagnon du prophète le calife Omar Ibn Al Khattab (23-40 de l’hégire/584-644) en l’an 15 de l’Hégire, 626.
Durant les 400 ans que dura leur occupation de la ville, les hébreux pratiquèrent une sortede monopole du culte. Ils exclurent ainsi les croyances religieuses des autres populations dont celle des Cananéens, fondateurs de la ville trois mille ans après l’arrivée du prophète David (que la paix de Dieu soit sur lui). Le christianisme ne connut pas de sort meilleur et les chrétiens furent persécutés dès l’avènement du Christ (que la paix de Dieu soit sur lui).
Au IVème siècle, lechristianisme adopté par les romains devint la seule religion autorisée. De surcroît, les romains, maîtres de la ville rebaptisée Aelia Capitolana, persécutèrent les juifs, détruisirent leur temple et son emplacement devint un dépôt d’ordures provenant aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur de la ville, à tel point que lorsque Omar Ibn Al Kattab conquit Aelia, les romains lui demandèrent de leurgarantir «qu’aucun juif n’habiterait avec eux». Telle fut l’histoire de la ville avant l’avènement de l’islam.
La conquête de Yerushalayim- Ourshlayim-Aelia par les musulmans fut le début d’une nouvelle ère. En effet, ce furent les musulmans qui octroyèrent à Jérusalem son caractère de ville sainte. Les noms qui lui furent données en attestent d’ailleurs puisqu’elle fut respectivement baptisée BaytAl Maqdis puis Al-Qods, nom qu’elle porte encore de nos jours. Et c’est à cette époque et pour la première fois de son histoire que les trois religions révélées (judaïsme, christianisme et islam) cohabitent dans cette ville sainte.
Ainsi, son caractère de ville sainte ne se limite plus, comme c’était le cas, à une communauté aux dépens des autres. Une fois que Omar conquit la ville et conclutavec ses habitants un pacte resté depuis mémorable, les lieux de culte hébraïques, que les chrétiens sous l’ère romaine avaient démolis il y a des siècles et dont ils avaient fait des dépotoirs, furent reconstruits : «découvrant sur le rocher des tas d’ordures que les romains y déposèrent par haine pour les hébreux, il se mit à balayer l’endroit. Ses compagnons qui l’imitèrent ne s’arrêtèrent paslà, ils cherchèrent les tombeaux des prophètes enterrés dans cette ville et dans toute la Palestine, d’Abraham jusqu’au dernier prophète enterré dans cette terre. Ensuite, ils procédèrent à la purification des lieux saints et construisirent des mosquées. Ainsi, ils firent de Jérusalem une ville sainte par excellence» (in Docteur Izaak Mousa El hussaini, la place de Bayt Al Maqdis en islam,Actes...
tracking img