El testimonio moral del nuevo testamento (analisis por cyprien melibi melibi)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5797 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
El testimonio moral del nuevo testimonio
Auteur : Rudolf Schnakenburg
Analyse de Cyprien Melibi Melibi

Introduction :
Vouloir séparer l’aspect religieux de l’aspect moral dans l’enseignement de Jésus Christ est une chose impossible et par conséquent, dans tout le Nouveau Testament, on rencontre une symbiose parfaite entre l’enseignement de l’Ancien et du Nouveau Testament. Bien que Jésus nedéveloppe pas en soi un système moral spécifique, son enseignement et son exemple vont beaucoup marquer la doctrine morale de l’Eglise primitive et ce, pour tous les âges de l’histoire de l’Eglise. C’est la préoccupation qui habite le père Rudolf Schnackenburg dans cette monographie « El testimonio moral del Nuevo Testamento » que nous pouvons traduire par « Le testament moral du NouveauTestament ».
L’ouvrage est une œuvre de théologie biblique, il est divisé en trois grandes parties : les exigences morales de Jésus, la doctrine morale de l’Eglise primitive en général et la doctrine morale de l’Église primitive par ses principaux protagonistes. Notre travail dans ces quelques pages va consister à étudier et analyser cet ouvrage. Dans un premier temps, nous allons présenter une synthèsedu livre ensuite nous ferons une valorisation de l’ouvrage par une appréciation personnelle dans le sens de tirer les leçons que ce livre apporte à la réflexion théologique morale de l’Eglise de notre temps. Mais avant d’arriver au résumé proprement dit du livre, nous voulons dire un petit mot sur l’auteur.

Présentation de l’auteur :
Rudolf Schnackenburg est né le 5 janvier 1914 à Katowiceen Silésie (actuellement province polonaise ayant souvent appartenue tantôt à l’Allemagne, tantôt à la République Tchèque). Il étudie la philosophie et la théologie dans les universités de Breslau et de Munich où il obtient son doctorat en 1937 (sa thèse porte sur la foi dans l’Evangile de saint Jean). Peu après, il est ordonné prêtre et affecté comme curé à Silésie. Il commence sa carrièred’enseignant en 1948 ; et il devient professeur associé au Collge Dillingen. De 1957 à 1982, il enseigne le Nouveau Testament à la faculté de théologie de l’université Julius-Maximilian de Würzburg. Sa première monographie « Le Règne et la royauté de Dieu » parut en 1959 est considérée comme la première étude biblico-théologique de courant catholique. Il a beaucoup contribué à l’ecclésiologienéotestamentaire qui a eu une grande influence dans les traités sur l’Eglise. Il fut membre de la Commission Pontificale Internationale de Théologie. Il a contribué à la version standard de la bible, il est auteur de nombreux ouvrages. Il mourut le 28 août 2002 à Wurzburg. Le pape Benoît XVI le qualifia comme le plus grand exégète catholique allemand de la seconde moitié du XXème siècle.

Synthèse du livre:
Première partie: Les exigences morales de Jésus
Chapitre I : La proclamation du règne de Dieu et ses exigences fondamentales religio-morales :
1. La prédication de Jésus autour du Règne de Dieu et son appel pour les hommes : Jésus proclame l’avènement du Règne de Dieu comme accomplissement de la promesse divine. Il appelle ensuite les hommes à faire partie de ce Règne ; ce qui implique deleur part une réponse par un engagement à suivre des exigences religieuses et morales. Dans la personne du Messie, ses paroles ses œuvres, se dévoile la plénitude du sens de l’humanité aux hommes ; seulement ce sont ceux qui acceptent les paroles de Jésus et adaptent leur vie à son enseignement qui hériteront du salut promis aux bénis du Père (cf. Mt 25, 34).
2. L’exigence de la conversion : Depuisle livre du Deutéronome, l’invitation à la conversion est présente, elle est reprise avec insistance dans les Béatitudes. C’est celui qui se convertit et croit qui peut avoir part au Royaume de Dieu, c’est-à dire celui seulement qui est capable d’un amour concret envers son prochain. L’objectif de la conversion est l’union à Dieu, mais cette conversion ne peut pas se limiter dans des actes...
tracking img