Electre de jean giraudoux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2393 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Électre est une pièce de théâtre en deux actes de Jean Giraudoux.
Agamemnon, Le Roi des Rois, a sacrifié sa fille Iphigénie aux Dieux. Son épouse, Clytemnestre, aidée de son amant, Egisthe, l'assassine à son retour de la Guerre de Troie. Oreste, le fils est banni. Reste Électre, la seconde fille : « Elle ne fait rien, ne dit rien. Mais elle est là ». Aussi Egisthe veut-il la marier au jardinierdu palais afin de détourner sur "la famille des Théocathoclès tout ce qui risque de jeter quelque jour un lustre fâcheux sur la famille des Atrides".
Après la tragique mort d'Agamemnon, roi d'Argos assassiné à son retour de Troie, Électre, fille de celui-ci et de la reine Clytemnestre, cherche le coupable tout en ressentant une haine inexplicable pour sa mère. L'arrivée d'Oreste, son frère exilédepuis le mystérieux assassinat, et les confessions d'adultère faites par la femme du président du sénat à celui-ci, aideront Électre dans sa quête qui la mènera finalement à être l'objet de la malédiction qui pèse sur sa famille.
La quête de la vérité : Le théme principal du livre
En fait, Électre est là pour faire la lumière sur les événements, faire éclater la vérité. Grâce à sa présence, denombreux personnages vont se révéler et faire éclater « leur » vérité.
Le personnage du mendiant (à la fois dieu, mendiant et metteur en scène) contribue à rétablir la vérité. C'est lui qui explique « l'histoire du poussé ou pas poussé », qui raconte le meurtre d'Agamemnon mais aussi celui d'Égisthe et de Clytemnestre.
La dernière scène montre bien qu'Électre, en rétablissant la vérité, s'estmaudite et dépossédée, décimant la ville. L'éclat de cette vérité était trop violent. La dernière réplique « Cela a un très beau nom, Femme Narsès, cela s'appelle l'aurore » termine la pièce sur une ambiguïté délicieuse.
L’action se déroule dans l’unique décor des remparts d’Argos, se concentrant sur la nuit où Électre découvre la vérité au sujet de la mort, officiellement accidentelle de son pèreAgamemnon.
Le premier acte est un moment d’attente. On annonce l’étonnant mariage d’Électre avec un jardinier. Oreste, le frère, encore incognito, est dans la foule. Électre est d’emblée montrée comme un être à part, une jeune fille obsédée par la mort de son père et l’exil de son frère ; c’est pour les autres une « femme à histoires ». La haine éclate entre Électre et sa mère qui interditfinalement le mariage. Ce sont ensuite les retrouvailles émues d’Oreste et d’Électre. Après avoir interrompu le duo à plusieurs reprises, Clytemnestre reconnaît son fils. La nuit est le dernier moment de paix du frère et de la sœur.
Le second acte commence après une lamentation du jardinier abandonné, qui propose une réflexion sur la tragédie et les dieux. Cette tragédie trouve alors sonaccomplissement brutal. Les soupçons d’Électre sont nés dans la nuit. Sa mère doit avoir un amant, vraisemblablement l’assassin d’Agamemnon. Électre essaie alors d’interroger sa mère, laquelle se trahit en fin de compte. Mais l’assassin, Égisthe, reconnaît son crime. La cité d’Argos est alors attaquée. Le sort du pays réclame un roi ; il faudrait qu’Égisthe épouse Clytemnestre, puisqu’il n’est que régent.Électre ne l’admet pas et Oreste tue effectivement les deux coupables. La vengeance est accomplie, mais Argos est perdue.
Giraudoux reste fidèle aux éléments essentiels du mythe, proposant par exemple un équivalent du chœur dans le personnage du mendiant. Électre est la figure du juste ou plutôt du justicier. Des différences se font cependant jour dans cette version qui est un vrai divertissementmoderne. La pièce ne se fonde plus sur l’attente d’un dénouement catastrophique, mais sur une intrigue policière : l’enquête et la découverte du crime. D’autre part, Égisthe ne cherche pas à se défendre, ce qui nuance considérablement le personnage. La langue, qui mêle simplicité et tours plus littéraires, est un élément essentiel de modernité.
Selon le mot de l’auteur, il s’agit d’une « tragédie...
tracking img