Eleve

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1765 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : le travail est-il un moyen de s’intégrer à la société ?
L’intégration est un modèle social et politique de gestion des immigrés dans une communauté nationale. Ce modèle est basé sur l’idée que les immigrés font partie, de manière provisoire ou définitive, de la communauté nationale, et donc doivent posséder les même droits et être assujettis aux mêmes devoirs (exceptés ceuxétroitement liés à la nationalité). Plus largement, on peut aussi appliquer ce concept à d’autres groupes sociaux, et à la problématique de leur insertion dans la société : les jeunes, les handicapés par exemple L’intégration s’oppose à l’exclusion, cad le rejet de personnes ou de groupes d’individus, par ceux qui expriment le modèle dominant d’une société. Or l’une des expressions dominantes dessociétés occidentales est la participation active au marché du travail. On peut donc à juste titre se demander si le travail est un moyen de s’intégrer à la société. Est-il suffisant à lui seul pour réussir cette intégration ? D’autres facteurs ne contribuent-ils pas également à l’intégration (accès au logement, à l’éducation) ? Peut-on envisager une intégration réussie sans accès au travail ? Le travailconstitue bien une condition indispensable – pour les immigrés mais également pour d’autres groupes sociaux - à l’intégration dans la société, mais il n’est pas suffisant à lui seul pour assurer cet intégration.

I Le travail est une condition indispensable à l’intégration sociale 1) Le chômage est un des principaux facteurs d’exclusion de la société Le chômage, notamment de longue durée, est unfacteur déterminant de l’exclusion sociale aujourd’hui. Nombre de chômeurs se sentent exclus, parce que leur situation les prive petit à petit de tout lien social. La perte de leur travail est également une perte de reconnaissance et d’identité (fierté liée à son métier et à sa réussite professionnelle). Pour ceux qui étaient syndiqués, l’effet est décuplé parce qu’ils perdent également toutereconnaissance auprès de leur syndicat. La fragilisation des familles modernes peut accentuer les difficultés des chômeurs. Elle les enferme peu à peu dans un isolement relationnel source de mal-être, si la perte ou l’absence de travail est couplée à la perte de lien familiaux (jeunes en rupture avec leur famille, divorce…). Ce mal-être peut se transformer en véritable dépression, et enfermerl’individu dans la spirale de l’exclusion. S’il s’agit de jeunes, elle peut les conduire à la marginalisation (enfermement dans la délinquance, situation de sans domicile fixe…). Enfin la montée de l’individualisme, dans les sociétés modernes, prive ces personnes de soutien financier ou psychologique face à leurs difficultés. Beaucoup de personnes vivent seules, ou constituent des familles monoparentales(un adulte seul avec un ou plusieurs enfants), les valeurs de solidarité et d’entraide du monde ouvrier sont en perte de vitesse avec la disparition de la conscience de classe. Le chômage, en privant ces personnes de ressources financières, les prive également de l’accès à la société de consommation. Or les tentations sont nombreuses : la publicité, la télévision, les exposent en permanence à ce quileur est refusé ou inaccessible.

Une formation insuffisante et une qualification professionnelle faible ou devenue obsolète sont souvent à l’origine du chômage. Les classes populaires de la société sont donc particulièrement touchées par ce phénomène. Les habitants des quartiers défavorisés de banlieue cumulent souvent cet handicap, avec celui de leur origine ethnique.

2) C’est avant toutl’absence de travail qui explique les difficultés des banlieues Les populations de banlieue concentrent une forte proportion de population immigrée ou issue de l’immigration. L’explosion de violence de l’automne 2005 dans les banlieues (plusieurs semaines marquées par les incendies de voitures et de bâtiments et l’affrontement entre la police et les jeunes de ces quartiers), atteste l’échec...
tracking img