Eligie pour un americain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
[Sujet amené] Depuis la Deuxième Guerre mondiale jusqu’au débarquement des américains en Irak en 2003 et en passant par les attentats du 11 Septembre, il découle chez les Américains la crainte et l’angoisse créant les traumatismes. Ces guerres ont sur eux des conséquences physiques (perte de vie) et psychologiques (la peur). [Sujet posé] Ayant un point de vue éditorial par rapport àaux guerres, Siri Hustvedt essaie à travers Élégie pour un Américain de discuter de l’absurdité des guerres et des conséquences qui résultent. Cette femme née au Minnesota en 1955 d’une famille norvégienne et vit à Brooklyn semble à travers son œuvre, mettre en place une réflexion sur la politique étrangère américaine?). [Sujet divisé] De ce fait, l'hypothèse veut qu’Élégie pour un Américainquestionne l’absurdité dégagée par ces guerres où sont impliqués les Américains depuis le milieu du XXe siècle et les inconvénients découlés. Tout d’abord, Siri Hustvedt illustre la réappropriation des mémoires du père d’Erik Davidsen (pp. 11-213), ensuite le ton de Sonia Blaustein change (la colère) à cause du 11 Septembre et elle écrit des poèmes sur cet événement (pp 213-315) et finalement lesphotos de Jeffrey Lane représentant le traumatisme véhiculé par la guerre, majoritairement celle de l’Irak (pp 315-400). Bref, cette femme, démocrate, réfléchit sur l’absurdité des guerres puisqu’elle nomme les principaux responsables (George Washington Bush). [174 mots]
1er paragraphe
[Idée principale – Résumé] L’histoire commence en janvier 2003 avec Erik Davidsen, un psychiatre à Brooklyndont le père, Lars Davidsen, vient de mourir au Minnesota. Erik et sa sœur Inga héritent des lettres de mémoires de leur père. Erik apprend ce qu’était la souffrance de la guerre décrite par son père qui était soldats pendant la Deuxième Guerre mondiale (Siri Hustvedt s’est référée aux mémoires des mémoires de son père qui a passé la seconde guerre mondiale pour décrire celle-ci avec le biais deLars). Le père d’Erik faisait face à l’injustice en assistant à une expérience troublante (la mort injuste d’un officier japonais). [Commentaire – À quoi cela sert-il?] Ici la narratrice essaie à travers son œuvre prendre position en utilisant les personnages comme des alter egos. Elle se sert d’Erik afin d’illustrer son point de vue éditorial, sur la guerre qu’elle trouve totalement absurdes. Parexemple, le massacre du samouraï japonais durant la seconde guerre mondiale. « Nous avons aperçu un officier japonais à une certaine distance…il ne bougeait pas…il avait pris une position qui me semblait être de prière…alors deux coups de feu rapides ont claqué.» (p. 118), «Images d’horreur de l’assassinat inutile de l’officier japonais» (p. 186). En effet, l’auteur semble démontrer qu’il y aplusieurs pertes de vie injustes (la morts d’une personne sans défense) et sans pitié durant les guerres où sont impliqués les Américains. De plus, Erik se réapproprie son père en lisant ses mémoires et tout au long de l’histoire. Son discours commence de plus en plus à ressembler à celui de Lars. [Procédé d’écriture] La narratrice construit son récit avec des chassés croisés continuels (les histoiressont enchâssées les unes dans les autres), qui permet de se promener dans le temps. On peut voire que le récit débute avec l’histoire d’Erik et son père, par la suite il y a une intégration de plusieurs d’autres personnages, entre autres, les événements entre Inga avec Max, de sa fille Sophie suivi de l’histoire de Miranda et Jeffrey. De plus, cette manière d’écrire (en chassé croisé) sert àl’auteur à prendre une position facile en utilisant le mode "je", qui la rapproche de ses personnages. [Idée secondaire] En même temps qu’il lit les mémoires de son père, Erik Davidsen écrit ses propres mémoires. « La mort de mon père, une mort que je n’avais pas l’impression d’avoir suffisamment pleurée. Ma lecture minutieuse des ses Mémoires et les notes quotidiennes que je lui consacrais étaient...
tracking img