Emancipation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1647 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse d’un ensemble documentaire Sujet : la décolonisation des pays africains : des voies d’émancipation différentes Questions Première partie : analyse de l’ensemble documentaire 1) A l’aide du document 2, indiquez quelle est la situation politique du continent africain en 1945, puis en 1990. 2) Comment les mouvements indépendantistes présentent-ils l’action des puissances européennes sur lecontinent ? (documents 1 et 5) 3) Quelles sont les revendications politiques des mouvements d’indépendance africains ? 4) Montrez que les modalités conduisant à l’indépendance diffèrent selon les pays (documents 1, 2, 3 et 4). Quelles informations non fournies dans les documents permettent de comprendre les différences entre les processus d’indépendance ? 5) Quelle est la position du général deGaulle à l’égard des colonies africaines développée lors du discours de Conakry en 1958 ? En quoi cette position s’inscrit-elle dans la continuité ou en rupture avec la politique coloniale française ? Deuxième partie : à l’aide des réponses aux questions, des informations contenues dans les documents et de vos connaissances, rédigez une réponse organisée au sujet. Documents Document 1 : extrait duprogramme politique du FLN algérien La révolution algérienne a la mission historique de détruire de façon définitive et sans retour le régime colonial odieux, obstacle au progrès et à la paix (…) Cessez-le-feu Conditions a) Politiques : 1. – Reconnaissance de la nation algérienne indivisible. Cette clause est destinée à faire disparaître la fiction colonialiste de «l’Algérie française ». 2. –Reconnaissance de l’indépendance de l’Algérie et de sa souveraineté dans tous les domaines, jusque et y compris la défense nationale et la diplomatie.

3.

– Libération de tous les Algériens et Algériennes emprisonnés, internés ou exilés en raison de leur activité patriotique avant et après l’insurrection nationale du 1er novembre 1954.0

4. – Reconnaissance du FLN, comme seule organisationreprésentant le peuple algérien et seule habilitée en vue de toute négociation. En contrepartie, le FLN est garant et responsable du cessez-le-feu au nom du peuple algérien. b) Militaires Les conditions militaires seront précisées ultérieurement. Congrès de la vallée de la Soummam, 20 août 1956, journal El Moudajhid, numéro spécial n°4, 1956.

Document 2 : la décolonisation de l’Afrique (1950- 1990) Document 3 : le programme d’action de N’Krumah (leader nationaliste de la Gold Coast) Je signalai qu’il y avait deux manières d’acquérir l’autonomie. L’une par la révolution armée et l’autre par des méthodes non violentes constitutionnelles et légitimes. Je citai comme exemple deux tentatives allemandes d’invasion et la victoire remportée aux Indes sur l’impérialisme britannique au moyen de lapression morale. Nous préconisions la seconde méthode. La liberté, on ne l’avait cependant accordée à aucun pays colonial sur un plateau d’argent : on ne l’avait gagnée qu’après d’amères et de vigoureuses luttes. A cause du retard des colonies en matière d’instruction, la majorité des gens était illettrée et il y avait une seule chose qu’ils pussent comprendre, à savoir l’action. Je décrivisl’action positive comme l’adoption de tous les moyens légitimes et constitutionnels par lesquels nous pouvions attaquer les forces de l’impérialisme dans le pays. Les armes étaient l’agitation politique, des campagnes de presse et d’enseignement et, comme dernière ressource, l’application constitutionnelle de grèves, de boycottages et de non-coopération basés sur le principe de non-violence absolue, telque Gandhi en a usé dans l’Inde. K. Nkrumah, « la naissance de mon parti et son programme d’action positive », publié dans Présence africaine, revue culturelle du monde noir, février-mars 1957. Document 4 : discours du général de Gaulle à Conakry (capitale de la Guinée), le 25 août 1958 Il n’y a pas de raison, et je ne serais pas là si je n’en étais pas convaincu, pour que la France rougisse...
tracking img