Emile ou de l'education

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1326 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Emile ou de l’éducation
Rousseau
Introduction :
Rousseau est un écrivain français du XVIII siècle qui étant jeune à beaucoup lu. Orphelin de naissance, il a sombré très jeune dans l’univers magique de la lecture. Celle-ci lui procurera les plus grandes désillusions, c’est pourquoi il exprimera la thèse suivante : « l’homme nait bon, c’est la société qui le corrompt », pour lui « la lecture estle fléau de l’enfance, et presque la seule occupation qu’on lui sait donner ». De part ses idées, Rousseau s’oppose à Voltaire et au reste des philosophes qui eux encouragent à la lecture pour vaincre l’ignorance. Cet essai de 1762 Emile ou de l’Education d’énonce les fables de la Fontaine, Rousseau s’oppose donc a la doxa. Cela nous pousse à nous poser la question suivante, pourquoi Rousseaudénonce-t-il les fables de la Fontaine ?

I- La fable, délice de la lecture :
1) Forme de la fable :
La fable est un cours récit écrit généralement en prose et ayant un but didactique. Elle se caractérise par l’usage d’animaux représentant la société. Ces derniers entretiennent des dialogues il ya donc une personnification des animaux. On remarque que dès l’annonce du titre il existe uneopposition entre deux personnages, la cigale et la fourmi, de plus c’est souvent le personnage vainqueur qui est cité en deuxième à l’exemple du le lion et le moucheron. Les fables sont souvent ironiques et cherchent à faire rire. Ces pourquoi celle-ci est source de divertissement. Mais que pense l’opinion publique de ces fables ?
2) Opinion courante :
Les fables étaient réservées pour l’apprentissageet aux exercices scolaires de rhétorique et de latin. C’est pourquoi d’après la doxa « les fables de la Fontaine sont formatrices ». En effet, à cette époque, les fables de la Fontaine étaient très appréciées par le peuple et très utilisé. De plus, il ne faut pas oublier que ces fables ont étaient écrites pour le Dauphin, à sept ans, Louis de France se verra donc dédié ces fables pour sonapprentissage. Mais pourquoi sont-elles dédiées à l’apprentissage ?
3) Moralisation :
Les fables contiennent des morales c’est pour cela qu’elles sont souvent utilisées pour l’apprentissage. D’après Hegel, « La fable est comme une énigme qui serait toujours accompagnée de sa solution ». En effet le récit de la fable peut être identifié à l’énigme et la morale serait donc la solution à cette énigme. Etc’est la morale qui est à l’origine de l’apprentissage car dans le récit c’est la société qui est décrite et la morale et la pour nous apprendre à nous comporter lors de situation semblable. Cet apologue est donc bon à lire, en quoi la fable pourrait elle être dangereuse ?
II- Danger de la lecture d’une fable :
1) Aliénation de l’enfant :
A la lecture d’une fable l’enfant s’identifie à un animalet ne réfléchi plus par lui-même, il est sous le contrôle du fabuliste. Cette aliénation peut être source de vice puisque l’enfant ne se dirige plus par lui-même il est sous l’influence de la fable, de plus on remarque que l’enfant s’identifie généralement au personnage le plus fort qui sort vainqueur de la confrontation or, celui-ci est souvent mauvais comme la fourmi qui est avare. Cettealiénation peut-elle être la source de ce détournement de la morale ?
2) Détournement de la morale :
En effet en s’identifiant au vainqueur les enfants prennent pour exemple celui-ci et ne cherche pas à comprendre la morale. Pour eux il faut agir comme ce personnage, dans le cas de la cigale et la fourmi cela signifierais être avare et ne pas vouloir partager avec les autres. Or, ce n’est pas l’effetrecherché par la Fontaine. Les morales mal comprises peuvent mener aux vices, ce cas est majoritairement fréquent chez les enfants car se sont eux qui n’interprètent généralement pas correctement les morales. Et cela peu être à l’origine de la création de petits monstres vaniteux, jaloux et avares.
3) Thèse :
« La lecture est le fléau de l’enfance, et presque la seule occupation qu’on lui...
tracking img