Emile zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le père pris la petite main de son garçon et la mit dans sa main, il remarqua que son fils était un peu surpris car il est vrai que cela faisait longtemps. Sa femme avait mis un pot de géranium à la fenêtre comme a chaque fois qu'il sortait

Il faisait beau, il y avait des nuages, mais informes et tout effilochés on avait pas envie de les regarder. Le père observa son fils qui s'amusait achasser avec le bout de ces soulier le gravier qui se trouver devant, cela avait pour habitude de l'agacer mais cette fois il ne dit rien et son comportement semblait être trouble.

La route s'engageait sous les arbres. La plupart était encore sans feuilles. Quelques-uns verdoyaient un peu, des petites feuilles d'un vert très propre et très clair. On se demandait même si elles n'étaient pas un peusucrées. Plus loin la route tournait, le père montrerait la Grande Vue, sur le Grésivaudan, le grand rocher qui tombe a pic, et là dessous tout en bas les arbres, les maison, les routes, L'Isère qui serpente sous une brume légère. Le père et son enfant s'arrêteraient et il dirait a son petit garçon " Regarde le petit train", ou bien : " Tu vois la petite tache noire, là, qui bouge sur la route?C'est une auto. Il y a des gens dedans. Quatre personnes, une dame avec un petit chien et un monsieur avec une grande barbe et son fils lui répondrait " Comment que tu les vois?" Son père lui reponderait alors qu'il c'est fait greffer une petite lunette dans l'œil gauche en écarquillant son œil et peux être que le père prendrait son fils sur ces épaules en riant.

Mais le père regarda distraitementla Grande Vue et ne s'arrêta même pas. Il tenait la main de son petit garçon bien serré dans la sienne. De sorte que quand un peu plus loin on passa prés de l'endroit où le bord du fossé monte et descend, son petit garçon ne puisse lâcher la main de son père pour grimper la petite pente en disant " Regarde, papa, je grandis... je grandis... je grandis.... Regarde maintenant je suis plus grand quetoi... et maintenant je rapetisse...je rapetisse... je rapetisse..." Le père et son enfant continua donc leur chemin

Un peu plus loin il y avait le rocher de pierre carrée. Le père avait pour coutume de s'asseoir avec son fils sur le rocher de pierre carré mais son fils était ne savait pas si cette fois si ils allaient s'asseoir. Heureusement le père s'assit lorsque il sentit la main de sonpetit garçon tirer. Lui et son fils ne dirent rien mais c'était souvent comme sa quand ils étaient assis sur le rocher de pierre carrée. Le père d'habitude lâchait la main de son enfant et le laissait grimper pour chercher des pommes de pin ou bien des fraises mais celles ci étaient rare.

Ils restaient assis assis et le père tenait toujours la main de son fils, celui n'oser même pas bouger. Lepère mit a penser que son fils se douter surement que quelque chose n'aller pas. Le père se leva et son fils fit de même il l'enmenna le petit enfant vers le pont.

Sur le pont ils regardèrent le ru comme le père l'appelait si bien. L'eau filer en gargouillant entre les pierres qui ressemblent a de grosse dragées. Le père savait que son fils aimer les petites pierre qui ressemblent a de grosdragées, il se remit a pencer a la fois ou il avait offert a son fils un sac remplis de bonbons qui avaient la forme de ces petites pierres.

Le père dit:

- Depuis le temps que cette eau coule...

Cela fît rire son petit garçon qui se dit que bien sur qu'elle coulait depuis longtemps. Elle coulait déjà la première fois qu'ils étaient venus. D'ailleurs on n'aurait pas fait fait un peu si iln'y avait pas eu d'eau.

- Et quand ton petit garçon a toi, dit le père a son fils aura une grande barbe blanche, elle coulera encore. Elle ne s'arrêtera jamais de couler, dit le père en regardant l'eau, c'est un pensée reposante pensait t'il mais ça se voyait, ce n'était pas pour son garçon mais pour lui même.

Ils restèrent très,trais longtemps à regarder l'eau, et puis enfin on s'en...
tracking img