Emotion - dancer in

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2370 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Films à la Fiche
DEAD MAN
VD1038

Une déambulation métaphysique vers la mort…
Présentation
Avec Dead Man, Jim Jarmusch nous livre un anti-western se situant entre une écriture désarticulée et une mise en scène lente et contemplative. L’auteur y restitue un voyage initiatique vers la mort dans une ambiance crépusculaire soutenue par la musique de Neil Young, véritable hymne à l’erranceintérieure.

Réalisation
Né à Akron (Ohio-USA) en 1953, Jim Jarmusch fait partie des réalisateurs indépendants américains les plus intéressants de sa génération. Réalisateur, scénariste et producteur en marge des circuits hollywoodiens traditionnels, il célèbre dans ses films une certaine forme d’ennui existentiel. Parmi ses autres thèmes récurrents : le désœuvrement, l’errance, l’incommunicabilité.Synopsis
À peine débarqué à Machine Town où il escomptait être engagé comme comptable, Bill Blake voit sa tête mise à prix pour meurtre et doit fuir la ville gravement blessé. Un Indien solitaire appelé Nobody le soigne et le précipite dans le rôle du célèbre écrivain William Blake. Devenu un hors-la-loi, la plume de Blake sera son revolver et, de meurtre en meurtre, il finira par rejoindre lacôte Ouest où la mort qui l’accompagne libérera en lui l’âme du poète.

DEAD MAN

Thèmes
Violence / Mort, euthanasie, suicide, peine capitale / Identité, altérité, racisme / Poésie, fantasmagorie

Éducation par le cinéma
Pistes de réflexion quant au contenu
Plus précisément, les thèmes abordés ici par Jarmusch sont la mort et, partant, le passage, la traversée et ses errances. Onretrouve aussi le lien à la nature, à sa propre nature. Le film est axé sur le détachement de l’esprit et sa libération. C’est ainsi que la mort figure la fin du voyage, lequel consiste précisément à mourir hic et nunc… Au départ de ces thèmes, plusieurs pistes de réflexion peuvent être tracées. Par exemple, il serait judicieux de retirer du film les sujets suivants : « Retour animal de l’homme », « Del’homme des villes à l’homme originel », ou bien d’envisager la relation de l’être humain avec son environnement : « L’avancée industrielle aux États-Unis », « Un passé collectif rempli de sang indigène »… D’aucuns pourraient juger ce film froidement morbide, mais cela serait sans considérer qu’il nous fait partager une mystérieuse quête initiatique imaginaire, ainsi que l’expérience d’un autrerapport au monde dont l’harmonie cyclique apparaît en opposition avec le modèle occidental. Portant, à travers un souci du détail des êtres et des lieux, le réalisme brut qui se mêle à l’onirisme de cette singulière aventure représentée par des tableaux sublimes (le Temps est celui du rêve, aux confins de l’inconscient), Dead Man ne conterait-il pas une autre histoire que celle du western classique? À savoir, non pas une conquête vers l’Ouest, mais une quête de soi aux accents « quasi orientaux ».

Pistes de réflexion quant à la narration
Le récit est linéaire ; pour l’essentiel, les scènes se succèdent dans l’ordre chronologique de leurs actions. Seule exception : le flashback du récit de Nobody (l’Indien philosophe) traité à la façon d’un film primitif (cinéma des premiers temps).Toutefois, cette linéarité s’étiole dans la mesure où le film nous fait voyager entre la conscience et l’inconscience de Blake. Aussi, les fondus au noir ponctuent d’emblée le rythme de l’action ; ils font office de respirations, d’encadrements pour séquences que l’auteur désire amplifier ou sublimer (inscription dans le temps de personnages-icônes ou paysages-icônes). Il s’agit dès lors d’un autretemps : celui du sacré, celui de l’esprit. Si le récit apparaît globalement linéaire, il s’agit néanmoins davan
Films à la Fiche - Dead Man 2

Éducation par le cinéma
tage d’une régression que d’une évolution du monde moderne… Il se dégage ainsi du film une idée de boucle dont le point d’arrivée est comparable au point d’origine (train / bateau), tout autant que la mort est considérée comme...
tracking img