Emotion dans les soins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1194 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Institut de Formation en Soins Infirmiers SARREGUEMINES EVALUATION DE L'UNITE D'ENSEIGNEMENT - 1.1 S1 Psychologie, sociologie, anthropologie
Epreuve initiale Ecrit à rendre pour le 08/11/2010
1ère année PROMOTION 2010/2013 20 points


Emetteur : Géraldine Langlois
Le Message : Le rôle et la gestion de nos émotions dans nos soins
Codage : elle décrit des émotions réelles vécues par dessoignants dans l’exercice de leur fonction, utilisation de la langue française écrite.
Parasite : Obstacle de la communication :
 Texte un peu trop long,
 Thermes issus du jargon hospitalier
 Texte photocopié,
 Certaines pages sont altérées par une mauvaise visibilité (traits noirs, fond sombre..)
 Age du lecteur, et risque d’incompréhension.
Canal : message émit par supportpapier (l’infirmière magazine) destiné aux lecteurs, Professionnels de la santé ou toute personne s’intéressant au milieu médical.
Redondance : sur les thermes de l’émotion la colère ou encore la tristesse.
Message arrivé auprès du récepteur
Récepteur : Les lecteurs du magazine, élèves de l’IFSI.
Le message sera à nouveau filtré selon le récepteur.
Réception totale
décodage même langue mêmejargon professionnel
Communication unilatérale

LES IDEES GENERALES OU CONCEPTS
1. La place des émotions dans les établissements de santé
Dans un premiers temps ont nous dit que les émotions font parti du quotidien, dans les établissements de santé. « Dans l’intimité d’ une chambre d hôpital, toutes les émotions sont potentiellement présentes » .Mais l 'hôpital est comparé à une microsociété dont les chefs gestionnaires ont un but de rendement. Ils nous valorisent et ne quantifient que les actes techniques et ne prennent pas en compte nos émotions.
« Dans une société qui laisse peu de place aux émotions »
« les gestionnaires attendent des fonctions de la part des soignants. On leur apprend à faire et on ne mesure que des actes. »
2. La gestion de l’émotion dans nos soinsEst-ce mieux de s’interdire un investissement émotionnellement pour arriver à mieux gérer notre tristesse ?
Pour ne pas souffrir lors d’un décès par exemple, ou éviter l’épuisement professionnel.
« Les soignants se doivent de maitriser leur affects. »
« D’autant plus d’écho qu’elle est parfois perçue comme un moyen d’éviter le burn out. »
« Sabrina qui travaille dans une maison deconvalescence s’interdit parfois de s’investir affectivement parce que quelque part, on aura à en souffrir. »

3. La compassion
La compassion est une qualité humaine pour les soignants ; soulager la souffrance humaine, prendre soin de l’autre, est vécu au quotidien par le personnel soignant.
Mais ce sentiment peut engendrer de la tristesse face à des situations difficiles.
« Nous avonschoisi ensemble de prendre soin de l’autre. » « lorsque l’accompagnement se termine par un dèces c’est normal d’éprouver de la tristesse. »
4. Impuissance des soignants
L’impuissance chez le soignant peut engendrer de la colère face à l’incompréhension de certains vouloirs de la famille.
Celle-ci peut éprouver de la colère, souvent par un manque de communication
Soin et communication étantétroitement liés.
« Associée à un sentiment d’impuissance, laisse alors place à la colère. »
« On doit mettre on œuvre une prise en charge des soins et parfois en raison d’un problème de communication le patient les refuse. »
5. Impartialité dans les soins
Dans certains services comme la psychiatrie, la peur peut survenir face aux violences du patient. Nous pouvons avoir certains ressentis,mais cela ne doit pas altérer nos soins.
Et lorsque ces menaces se produisent, les dégouts ou la honte sont parfois ressentis par le personnel
« Où la violence, principale source de peur face au patient… » « On ne choisi pas ses patients. Il faut y croire et être professionnelle avec tous. »
« Les dégouts ou la honte sont parfois ressenti par l’infirmière, comme pour cette soignante dont le...
tracking img