Emotions cerveau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2102 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour Joseph Ledoux & Muller (1997), chaque émotion correspond a une unité cérébrale fonctionnelle distincte, résultat d’une longue sélection au cours de l’évolution. À l’heure actuelle, les neuroanatomistes s’accordent pour reconnaître l’absence de « centres » uniques des émotions comme d’ailleurs de la raison, de la motricité, de la vision ou du langage. Il existe des « systèmes composés » deplusieurs unités cérébrales reliées. Ces diverses unités cérébrales, selon la place qu’elles occupent dans un système donné, fournissent différentes contributions au fonctionnement de ce dernier, et ne sont donc pas interchangeables. Deux émotions simples – la peur et le plaisir – ont fait l‘objet de nombreuses études car elles sont partagées à la fois par l’homme et de nombreuses espècesanimales. Plusieurs circuits ont pu être tracés. Si le concept de l’unité fonctionnelle de l’émotion s’est imposé, certaines structures telles que l’amygdale et l’accumbens semblent incontournables et sous le contrôle du tiers antérieur du manteau cortical, le cortex préfrontal.
3.1 L’amygdale et le circuit de la peur
8
Joseph LeDoux a découvert les principales composantes du circuit d’une émotionparticulière – la peur – et a démontré le rôle majeur joué par l’amygdale, structure en forme d’amande située dans la partie antérieure du lobe temporal (1997). Tous les cortex sensoriels ont des connexions avec l’amygdale et celle-ci a des connexions directes avec les différentes régions de cerveau assurant l’expression de la peur. Il existe deux importants circuits de la peur : un circuit courtqui passe directement du thalamus à l’amygdale et un circuit long qui interpose le cortex entre le thalamus et l’amygdale. L’analyse fine par le cortex du stimulus déclencheur de la peur qu’il soit visuel ou auditif, va maintenir ou freiner l’action de l’amygdale sur les différentes structures responsables de l’expression corporelle de la peur telle que l’accélération du pouls, la pâleur, lasudation et l’immobilisation du corps. LeDoux (1994) nous donne l’exemple du promeneur dans un bois, percevant via son thalamus, l’image floue d’un bâton qui pourrait s’avérer être un serpent; le thalamus active l’amygdale qui enclenche a son tour les réactions corporelles de la peur. En outre le thalamus envoie l’information au cortex visuel qui décrypte de façon détaillée l’image. S’il s’avère qu’ils’agit véritablement d’un serpent, le cortex visuel renforce la fonction amygdalienne, et les manifestations corporelles de la peur sont maintenues; la réaction de fuite ou de défense est mobilisée. A contrario, si le cortex visuel décode de façon précise l’image du bâton, il freine la fonction amygdalienne et toutes les expressions corporelles de la peur vont dès lors s’estomper. Au niveau de lasurvie de l’espèce, il vaut mieux prendre un bâton pour un serpent que subir la morsure d’un serpent identifié avec quelques millisecondes de retard. Douze millisecondes sont nécessaires pour qu’une stimulation acoustique atteigne l’amygdale chez le rat; le détour par le cortex pour analyse fine, exige le double de temps. La voie courte thalamus-amygdale permet ainsi d’assurer des réactions desurvie, de fuite et de défense dans un délai très court au détriment d’informations floues; la voie longue thalamus- cortex-amygdale assure une perception précise du stimulus mais nécessite un prolongement du temps de réaction qui peut être fatal en cas de danger. Pour LeDoux (1998), les troubles anxieux seraient liés à l’activation pathologique du circuit court, modelé par l’inné et l’acquis, parla génétique et les échanges avec le monde. Au premier stade du développement cérébral, les traumatismes marqueraient de façon indélébile l’amygdale et le circuit de la peur dont la maturation est précoce, sans laisser de trace mnésique car l’hippocampe n’assume pas encore ses fonctions. En effet, l’hippocampe, lieu de passage obligé de toute information envoyée dans le registre de la mémoire...
tracking img