En attendant godot de beckett

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1594 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SYNTHESE LECTURE CURSIVE : En Attendant Godot, S. BECKETT

En attendant Godot est une pièce en deux actes écrite par Samuel Beckett en 1952, dans un contexte de reconstruction, de choc, d’instabilité, après un Holocauste et une Seconde guerre mondiale, qui poussent les écrivains et dramaturges à remettre en question l’exsistence de l’Homme et la Raison. L’auteur, d’origine Irlandaise, composecette œuvre en français, ce qui est d’ailleurs sa première pièce francophone. Cet ouvrage s’inscrit dans la deuxième moitié de XX° siècle, donc dans le mouvement de l’absurde. En effet les personnages principaux de cet « anti-théâtre », Vladimir et Estragon, sont en attente d’un certain Godot, mais sans savoir dans quel objectif, quelle motivation, à part celle d’attendre, esperer un changement.Durant cette attente, les deux vagabonds s’occupent ( actions ridicules, courtes, inutiles, ou sans rapport avec leur objectif). Ces futilités renforcent l’absurdité de la pièce qui ainsi ne raconte pas d’histoire, mais montre et représente la solitude de l’Homme, et la déraison du monde.
Parmi les thèmes principaux autours desquels s’oriente la pièce, se trouve celui de l’amitié, les deuxvagabonds sont inséparables. Sur la route à la campagne, à chaque séparation, ils se retrouvent aussitôt.
D’ailleurs, au tout début de l’acte I, Vladimir parle de « réunion » et compte la fêter. Il est d’ailleurs possible de qualifier leur relation de très fraternelle. « Lève toi que je t’embrasse ».
Ensuite, il est important de relever le thème du temps. En effet, l’attente, fil conducteur de lapièce, définit l’espace-temps. Il y a une incohérence dans la chronologie, comme l’exemple de la feuille de l’arbre qui pousse en une nuit ou l’aveuglement soudain de Pozzo. La récurrence des didascalies « (un temps) » et « (silence )» rendent la pièce indeterminée dans l’espace-temps.
L’attente est un thème en quelque sorte en lien direct avec le temps, et il serait possible de les emboîter. Cettemême attente « étire » l’espace-temps, de façon à ce que les personnages soient plongés dans une intérminable pièce. Les personnages se contentent d’exsister, de prendre part du décor, d’occuper une petite place dans le monde.
Un monde caractérisé par le silence. En effet, les maigres répliques font office de semblant de communication, afin de combler un vide pesant. Les personnages ont plustendance à parler pour remplir le néant ; les phrases, mots, expressions se succèdent soit très rapidement, soit au ralenti ( didascalies : « silence »), et sans aucune cohérence ( encore une fois la recurrence de la thématique du temps).
Enfin, le rêve est très présent dans la pièce. Godot représente ce que chacun attend et qui ne vient jamais. Cette improbabilité relève de l’onirique. De même, il estpossible d’associer le fait que les deux acolytes oublient ce qui s’était passé le jour précedent, car ils doivent vivre dans le rêve. De plus, le garçon envoyé par Godot ne se souvient plus d’être déjà passé le jour précédent. La vie n’est qu’une illusion.


L’œuvre appartient au domaine de l’absurde. Elle ne doit représenter que solitude de l’Homme, incompréhension de la vie, incohérence,néant. En l’occurrence dans la pièce, tous ces éléments sont présents et liés. Premièrement, Beckett brouille les règles de bienscéance. Par exemple, la pièce n’est separée qu’en deux actes, et ces derniers durant un jour chacun, contrairement au règles du théâtre classique, qui impose cinq actes, et une pièce située dans un espace-temps de un jour maximum. La crise du language, participe à cetteabsurdité. Le dramaturge utilise un language dépouillé, aberrant, et des dysfonctionnement dans les répliques afin de mettre en évidence la peur de la solitude des personnages qui essaient sans cesse de contourner l’ennui car Godot n’est qu’un rêve, une illusion, il ne viendra jamais. Il y a absence de véritable échange. Le langage s’abaisse à la condition humaine, affiche une vérité...
tracking img