En attendant godot de samuel beckett

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
En attendant Godot de Samuel Beckett

Cette pièce de théâtre en deux actes de Samuel Beckett est parue en 1952 aux Editions de Minuit et a été créée le 5 janvier 1953 au théâtre de Babylone à Paris, dans une mise en scène de Roger Blin.

C’est la première pièce de Beckett écrite directement en français. Elle met en scène deux couples de personnages — les clochards Estragon et Vladimir, lesmaître et esclave Pozzo et Lucky — et répète le même scénario sur deux actes.

L’action se déroule le soir sur une route de campagne. Le seul élément de décor est un arbre dénudé.
Résumé de En attendant Godot
Acte 1

Estragon , un vagabond est assis par terre et se débat avec une chaussure trop étroite.

Survient, Vladimir, un autre clochard . Il est très heureux de retrouver Estragonqu’il a quitté la veille. Les deux hommes se mettent à parler de chose et d’autre. Estragon est obnubilé par sa chaussure qui lui fait un mal horrible. Vladimir, lui, médite sur le suicide, la culpabilité, la repentance. Ils attendent tous deux la venue improbable de Godot. Ils ne savent pas vraiment qui il est , mais espèrent qu’il apportera une réponse à toutes leurs attentes.

Celui-cin’arrivant pas, Vladimir et Estragon se mettent à parler, comme pour occuper le temps, comme pour combler le vide et le silence qui surviendraient si la parole n’était pas présente. Ils se disputent, se réconcilient et parlent aussi du suicide.

Au lieu de Godot, deux nouveaux personnages apparaissent : Pozzo et Lucky, le second étant, comme un chien, tenu en laisse par le premier. Pozzo fouette Lucky etl’injurie. Il semble représenter le pouvoir et l’autorité. Lucky, lui, parait être son esclave. Pour distraire Vladimir et Estragon, Pozzo demande à Lucky de danser et de penser à voix haute. Puis ils s’en vont laissant seuls Vladimir et Estragon.

Un jeune garçon apparaît et annonce à Vladimir et Estragon que Godot ne viendra pas ce soir, mais peut-être demain.
Acte 2

Le second acteressemble étrangement au premier. L’action se déroule le lendemain au même endroit , à la même heure. Quelques changements sont pourtant perceptibles.

L’arbre compte maintenant quelques feuilles. Les deux clochards Vladimir et Estragon imitent Pozzo et Lucky. Puis ces deux derniers réapparaissent . Le premier est devenu aveugle et le second est frappé de mutisme. Le jeune garçon effectue unenouvelle visite. Il affirme pourtant n’être pas venu la veille. Il informe les deux clochards que Godot reporte à nouveau son rendez-vous. Vladimir et Estragon songent à se pendre, mais la ceinture d’Estragon n’est pas assez solide.

Les dernières répliques de la pièce sont les mêmes que celles de la fin du premier acte : Vladimir demande : « Alors, on y va ? » et Estragon de lui répondre : «Allons-y ! »
Quelques citations de En Attendant Godot

Je suis comme ça. Ou j'oublie tout de suite ou je n'oublie jamais.

Voilà l'homme tout entier, s'en prenant à sa chaussure alors que c'est son pied le coupable.

Alors fous-moi la paix avec tes paysages ! Parle-moi du sous-sol !

En attendant, essayons de converser sans nous exalter, puisque nous sommes incapables de nous taire.Nous naissons tous fous. Quelques uns le demeurent.
Roger Blin qui le premier, en 1953, a créé En Attendant Godot évoque cette pièce :

Je venais de monter la Sonate des spectres de Strindberg à la Gaîté-Montparnasse dont j’étais alors devenu à la fois le Gérant et le Directeur (il y a de cela bien plus de dix ans !), quand j’ai fait la connaissance de Samuel Beckett. Il était venu assister àmon spectacle, et comme il l’avait trouvé valable, il était revenu à la Gaîté. Ce qui lui avait plu aussi c’était que la salle était presque vide. Quelques jours après notre rencontre, il m’envoya le manuscrit de sa pièce, En attendant Godot que je lus, sans découvrir aussitôt le fond de l’œuvre. C’est plus tard que je m’en suis rendu compte: cela allait très loin !

Ce qui m’avait...
tracking img