En quoi la politesse est elle une marque de respect qui régit notre vie en société?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Léa Sallustro
1er L2

Pourquoi la politesse est-elle une marque de respect qui régit la vie en société ?

La politesse est une marque. La marque d'une structure. Et c'est cette structure qui régit notre société. La politesse définit les règles de bienséance imposées par un code. Ce code nous viendrait d’un héritage de nos sociétés antérieures, et qui aujourd’hui semble délaissé par lesgénérations futures. Pourtant la politesse à ses fonctions, on pourrait même parler d’utilité face à la vie en société. On peut se demander alors pourquoi la politesse est-elle une marque de respect qui régit la vie en société ? Aujourd’hui, que marque-t’elle ? A t’elle la même signification pour tous malgré un code universel ? Et qu’elle est la frontière entre respect et politesse. Pour répondreà ses questions sur la place qu’occupe la politesse en société, je commencerais par définir ces origines, puis je démontrerais le plus explicitement possible ce qu’elle engendre consciemment mais aussi malgré elle pour terminer par établir l’ambiguïté qu’elle présente avec le respect sous différents points de vue.

Dans cette première partie, je vais définir les origines de la politesse, voirdepuis quand est-elle établie comme une limite visant à respecter autrui. Elle gravite autour d’une notion de respect et de courtoisie. Elle s’est intégrée dans nos sociétés avec un but social, mais fut pourtant souvent remise en cause par les citoyens et porte de nombreuses disparités selon les modes d’apprentissage, d’éducation.

L’étymologie du mot Politesse provient du latin politus quisignifie uni, lisse, brillant et du grec ancien, polis signifiant la cité ; ce sont des règles qui permettent de vivre en société en harmonie en empêchant que les instincts et les pulsions règlent les comportements et ainsi exprime une reconnaissance d’autrui. La courtoisie est la première marque codifiée de la politesse. Elle apparaît au moyen âge lorsque les gens « de la cour » souhaitaient sedistinguer des gens du village. À l’Intérieure de la cour, la vie est sociale est conduite à travers les valeurs de noblesse. La courtoisie va par exemple régler les relations hommes/femmes; les relations très brutales, viols, rapts, grossièretés qui régnaient dans les châteaux forts  vont être remplacées par un code de l'honneur qui oblige au respect de la dame ou de la demoiselle. On lacourtise, on lui parle correctement... Il s’agit donc de dignité, d’honneur, de courtoisie mais aussi de qualité morale. Cela nous prouve d’or et déjà, que la politesse apparaît avec un sentiment de respect profond mais aussi avec l’idée de hiérarchie, une manière de distinction. Puis la politesse s’ancre ainsi dans l’habitude des gens, a force de répétition. Elle fut notamment favorisée par l’institutionreligieuse du christianisme où elle fut définie d’abord par marque d’amour et de charité afin de démontrer l’égalité chez tous les êtres humains, par des cérémonies ou simplement par l’attitude. D’autre part, il s’agit d’humilité et de modestie On comprend pourquoi elle perdure de plus en plus fortement, sous le règne de Louis XIV, lorsque l’absolutisme était à son apogée, où l’autorité étaitpurement hiérarchique et nette dirigée par une foi religieuse très stricte qui imposait l’ordre moral et social. La cour n’était plus qu’une immense scène de théâtre où Versailles en était l’avant scène, quoique le théâtre est souvent plus réaliste que ne le fut cette époque de bonnes manières purement indifférentes au réel sentiment humain. De même que le vouvoiement qui fut longuement employéjusqu’au 18ême siècle fut aboli lors de la Révolution française où le tutoiement était devenu presque obligatoire afin de marquer l’égalité de tous. Finalement, lorsque la hiérarchie réapparaît, le vouvoiement revient. Puis il fut de nouveau contesté lors des révoltes de 1968, où encore une fois le peuple revendiquait ces droits et son désir, à défauts de liberté, d’égalité. Aujourd’hui, la société...
tracking img