En quoi le parcours d'ulysse dans l'odyssée est initiatique?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1050 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi l’Odyssée est elle un recit initiatique ?

Le récit initiatique est un type de récit où l'on suit l'évolution, positive ou négative, d'un personnage vers la compréhension du monde ou de lui-même. Ils se rencontrent le plus fréquemment dans les contes, mais aussi en roman (avec le roman d'apprentissage) et dans les mangas.

Intro :

L’Odysée est une épopée greque datant del’antiquité, et est attribuée à l’aède Homère, qui l'aurait composée après L’Iliade, vers la fin du VIII ème siècle av. J.-C.
Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale et, avec l’Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.
Ulysse dans son Odyssée est le héros de moult aventures, et l’on peut se demander en quoi l’Odysée est elleun récit à valeur d’initiation pour son héros? En effet il est poussé a se battre pour pouvoir rentrer chez lui a Ithaque, et en étant en contact perpétuel avec la mort cette pression intérieure s’annonce comme le fil conducteur de son parcours initiatique, en effet il en résulte des actes bons comme des mauvais, et le héros s’endurcit et évolue en fonction d’eux, dans sa transgression, dansl’approche de la mort et dans l’aboutissement, a son retour a Ithaque, de son expérience et de son savoir accumulé sur le monde qui l’entoure, Ulysse est assagi par son périple.
Nous diviserons l’étude de cette problématique en trois parties, la première portera sur les transgressions d’Ulysse, la deuxième partie sur son approche de la mort, et pour finir nous étudierons la renaissance du héros deretour au sources, a sa ville natale d’Ithaque.

Développement :

I)

(transgression première)
Ulysse a transgressé un interdit, en effet il a omit la purification et le sacrifice imposé par les dieux après une victoire, ici a la guerre de Troie : il omet de « belles hécatombes » (CH IV, v. 472-474) imposés par ceux-ci, c’est pour cela qu’il est éloigné de son cadre de vie ensuite, parcondamnation des dieux. Au même chant (IV), Mélénas rappelle au fils d’Ulysse, Télémaque, que « les dieux n'admettent point qu'on transgresse jamais à leurs lois » (v. 352).
C’est donc pour cela qu’Ulysse et ses camarades Grecs seront contraint de suivre un parcours de délivrance, avant de retrouver leur pureté et leur ancienne vie.
(transgression seconde)
En plus de cette infraction, le personnaged’Ulysse, et ses compagnons de route, continuent dans cette transgression, ce qui pourrait être la raison de la dimension de leur exclusion, et autrement dit de la sienne. En effet, Ulysse par l’intermédiaire de son équipage, dont il est responsable, pille la ville sacrée d'Ismaros chez les Cicones, abuse de leur nourriture, ce qui engendre la revanche injurieuse des Cicones, la colère de Zeus et lechâtiment d'une tempête qui les éloigne de leur route (IX, v.39-83). Ulysse est donc indirectement responsable des actes de son équipage, et donc relativement des siens. C’est Tirésias qui le lui rappelle au chant XI : en tant que chef, il a comme exigence d'être son propre « maître » et « le maître de [ses] marins » (v. 105)
Plus tard, ils abattront les vaches du Soleil, acte contre lequel lesavaient pourtant mis en garde le devin Tirésias et la magicienne Circé.

II)

Lors de son périple, Ulysse se retrouve plusieurs fois confronté à la mort, comme-ci cela se définissait comme un test, par une série d’épreuves suscéptiblement mortelles, une expérience d’approche de la fin, avec un grand F. Son parcours se transphorme en quelquechose de funeste et d’inconnu, il semble fairel’experience de la mort, sans pour autant y rester, contrairement a son équipage.
En effet il esquive les démembrements des différents monstres, le cyclope Polyphème, les géants Lestrygons, et Scylla. C'est là une mort inhumaine où les Hommes deviennent des proies, comme des animaux que l’on traque et que l’on achève sans ressenti (« la cervelle en giclant mouilla le sol », IX, v. 290)....
tracking img