En quoi le partage de la valeur ajoutée influe-t-il sur l’investissement ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1732 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans un environnement rendu de plus en plus concurrentiel par la mondialisation, les entreprises doivent investir pour améliorer leur compétitivité. L’investissement est un flux de dépenses qui permet d’accroitre, d’améliorer ou de renouveler le stock de capital, pris au sens de facteur de production. Dès lors, on distingue différentes formes qui sont l’investissement productif etl’investissement financier. Dans le premier cas, l’investissement peut-être de deux natures : soit immatériel soit matériel. Ce dernier est nommé « Formation Brut de Capital Fixe ». En outre, l’investissement comporte différents déterminants, dont les principaux sont la demande anticipée et les perspectives de profit. La valeur ajoutée (VA), elle, désigne la richesse créée par la production des entreprises. Ellese calcule par la différence entre la production et les consommations intermédiaires. La valeur ajoutée des entreprises se partagent en rémunération des salariés, impôts sur la production (qui reviennent à l’Etat) et excédent brut d’exploitation (profits des entreprises). Mais ce sujet nous invite à expliquer de quelle manière ce partage de la valeur ajoutée influe sur l’investissement. Pour cela,nous verrons dans un premier temps de quelle manière
le partage de la valeur ajoutée en faveur des profits favorise l’investissement. Puis, dans un second temps nous verrons que ce partage en faveur des profits peut s’avérer insuffisant pour l’investissement, voir défavorable.

I – La stimulation des profits des entreprises peut être un facteur favorable àl’investissement . . .

Explicitons de quelle manière la stimulation des profits facilite le financement des investissements, et améliore de plus la rentabilité économique des investissements.



Comme nous l’avons rappelé par ailleurs, l’investissement des entreprises peut se présenter sous plusieurs formes. Mais il peut également être financé de différentes manières. L’entreprise peut avoir recours àun investissement sur fonds propres ou bien à endettement. L’investissement sur fonds propres se caractérise par un autofinancement (financement interne) ou par une émission d’actions sur le marché boursier. Au contraire, l’endettement (financement externe) désigne l’émission d’obligations ou le financement au près des banques. Ainsi, si le partage de la valeur ajoutée stimule les profits desentreprises, celles-ci vont disposer de plus grandes capacités d’autofinancement permettant un financement interne. Ce dernier ayant pour avantage de ne pas être couteux, car il ne dépend pas de financeurs extérieurs, tel que des banques. Le document 6 l’explique parfaitement à travers cette phrase : «  Plus une entreprise dégagera des profits, moins elle sera dépendante de l’extérieur pour financerses nouveaux projets, ce que mesure le taux d’autofinancement » .Donc stimuler les profits des entreprises c’est augmenter les capacités des entreprises à épargner, et donc d’autofinancer leurs investissements.
En effet, l’autofinancement dépend du taux de marge des entreprises. Le taux de marge correspond à la part de richesse créée (VA) conservée par les entreprises après paiement de leurscharges d’exploitation. Il se calcule alors par le rapport entre l’EBE et la valeur ajoutée, et c’est un indicateur de partage de la valeur ajoutée. Donc plus le taux de marge est important, plus il est encourageant pour l’entreprise d’investir. Prenons pour exemple le document 2. Il nous montre qu’entre 1999 et 2007, au niveau de la zone euro, un partage de la VA très favorable aux entreprises,compris entre 39 et 41%, est suivit d’un effort d’investissement compris entre 20 et 22%. Ainsi, si le taux de marge augmente, les entreprises ont d’avantage de capacités d’épargne et peuvent donc plus facilement s’autofinancer.

Par ailleurs, une épargne considérable des entreprises, grâce au partage de la valeur ajoutée en leur faveur, signifie l’abondance de fonds prêtables, et donc...
tracking img