En quoi le titre de fin de partie est il polyssemique?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1257 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
EN QUOI LE TITRE DE FIN DE PARTIE EST IL POLYSSEMIQUE?

Fin de Partie est la deuxième pièce de Samuel Beckett à avoir été représentée. Créée en 1957, elle a d'abord été écrite en français puis traduite en anglais par Beckett lui-même sous le titre d'Endgame. Elle met en scène quatre personnages handicapés physiquement. Tous vivent dans une maison qui est, selon les dires des personnages, situéedans un monde désert, sans lumière et sans humains. La pièce manipule les conventions théâtrales classiques: rien ne se produit au cours de la pièce, la fin est annoncée dès les premiers mots et est même présente dans le titre, et les personnages s'adressent parfois au public pour déclarer qu'ils s'ennuient à mourir. "Fin de Partie" de Samuel Beckett fait partie du théâtre de l'absurde. Lethéâtre classique est renouvelé entre autre par Samuel Beckett. C'est une représentation du monde décalé durant une période où la société avait besoin de nouveau repère qui fait le succès du théâtre absurde. Dans ce livre, le titre de la pièce nous en dit beaucoup sur la pièce elle-même. C'est une étroite relation qui relie le titre et le contenu de la pièce. Le titre donne un sens tout particulier à lapièce par les deux mots principaux du titre : «Fin » et « Partie ». Ces deux termes peuvent être interprétés de manière différente. Le genre de Fin de Partie fait toujours l'objet de débats critiques.

Le titre français et plus encore le titre que l'auteur a donné à sa traduction anglaise (Endgame) peuvent faire référence au jeu d'échecs, dont Beckett était d'ailleurs adepte. Hamm serait un roicondamné incapable de reconnaître sa défaite et Clov, son pion, le promènerait de temps à autre sur l'échiquier pour lui donner l'impression qu'il peut encore faire quelque chose.L'expression « fin de partie » évoque la dernière manche d'un jeu qui définit perdants et gagnants. Loin de réduire la pièce à un sens unique, le titre en ouvre la polysémie. Le titre Fin de partie suggère une phrasefinale où des personnages sont engagés dans un rapport particulier, placée sous la tutelle du temps et rattachée à l'univers du jeu. Qui joue avec ou contre qui, et en quoi le jeu consiste-t-il ?Passionné d'échecs, Beckett a lu un ouvrage de Marcel Duchamp qui traite notamment de la fin de la partie caractérisée par une synchronisation des mouvements des rois noir et blanc, situation où ne sontpossibles que quelques coups limités car seuls les rois peuvent encore jouer. Beckett aurait déclaré à un comédien qui interprétait Hamm : « Hamm est un roi dans cette partie d'échecs perdue dès le début ».Beckett voulait aussi que l'acteur qui jouai le role de Hamm sujoue le personnage.
Tel un roi sur un échiquier, Hamm trône en effet dans son fauteuil comme la pièce maitresse du jeu qui commande auxautres pièces et notamment à Clov qu'il envoie faire ses quatre volontés d'un bout à l'autre de l'échiquier, à l'image de la dame capable de se déplacer dans toutes les directions. Les mouvements de Hamm, eux, sont très limités, comme ceux du roi sur un échiquier, qui ne peut se déplacer que d'une seule case à la fois. Comme aux échecs, l'espace est un territoire au sein duquel se déterminent desrapports de pouvoir : ainsi, les entrées et sorties de Clov sont autant de conquêtes vers sa libération.

Mais plus généralement, on peut lire la pièce comme une méditation sur la fin et le jeu qu'elle induit. Dès sa première réplique, Clov dit : « Fini, c'est fini, ça va finir, ça va peut-être finir ». La fin, d'abord annoncée comme révolue, est finalement posée comme une hypothèse àl'intérieur de laquelle le jeu devient possible : la fin de la partie, à la fois attendue et sans cesse remise à plus tard, donne matière à théâtre. Qu'est-ce qui va peut être finir dans Fin de partie : la relation de servitude-dépendance de Hamm et de Clov, qui n'en finit pas de ne pas finir ; le « roman » de Hamm, qu'un « effort créateur prolongé » empêche de finir ; les objets qui disparaissent un à...
tracking img