En quoi peut-on dire que les premières liasses des pensées relèvent d’une démarche apologétique ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1796 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi peut-on dire que les premières liasses des Pensées relèvent d’une démarche apologétique ?

L'apologétique est un champ d'études théologique ou littéraire consistant en la défense systématique d'une position. Un auteur s'engageant dans cette démarche est appelé un « apologiste » ou un « apologète » (ce dernier terme ayant une connotation plus religieuse).

En 1670 paraît la premièreédition des « Pensées » sous le titre des « Pensées de Mr. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets qui ont été trouvées après sa mort parmi ses papiers ». Œuvre posthume donc, le premier titre nous en révèle directement le contenu, le sujet et le contexte d’écriture. Pourtant, Pascal utilisait le titre d’ « Apologie de la religion chrétienne », cherchant à ramener les âmes égaréessur le chemin de la religion chrétienne. De ce fait, il serait intéressant de se demander en quoi peut-on dire que les premières liasses des « Pensées » relèvent d’une démarche apologétique. Pour cela, nous analyserons dans un premier temps la démarche initiale de l’auteur, puis l’attitude qu’il adopte vis-à-vis de ses adversaires. Enfin, nous étudierons l’usage du registre polémique dans lesfragments.

En premier lieu, analysons la démarche initiale de Pascal.
Tout d’abord, il est important de savoir que, de son vivant, Pascal utilisait le titre d’ « Apologie de la religion chrétienne ». Durant ses cinq dernières années, il cherchait en effet à ramener le plus de libertins et de mondains à la foi chrétienne. Dans le fragment 10 de la liasse « Ordre », il insiste sur la nécessitéde « rendre la religion aimable, vénérable et [d’]en donner le respect ». Le titre insistait donc sur la visée de l’œuvre dont Pascal a été lui-même l’expérimentateur : quelques années plus tôt, véritable libertin de mœurs et d’esprit, il a eu ses deux « révélations » lorsqu’il fréquentait les jansénistes de Port-Royal qui l’ont amené au christianisme dont il a voulu faire l’apologie.Toutefois, il convient de préciser que cette démarche s’est inspirée de celle de Montaigne.
Ce dernier défendait en effet la « Théologie naturelle » de Raymond Sebond en montrant « l’inanité, la vanité et la dénéantise de l‘homme » à ceux qui la critiquent. Pascal l’imitera, bien que ce soit dans un tout autre esprit, celui de démontrer et convertir.
Pour cela, il analyse tout d’abord l’âme humaine,en montrant la double nature de l’homme, à la fois positive et négative, grande et infime. C’est pourquoi Dieu est relativement absent : son existence, tout comme celle de la religion chrétienne, ne sera démontrée que plus tard. Mais l’objet de cette démarche apologétique, s’il n’est pas le centre des premières liasses, est tout de même mentionné. Ainsi, dans le fragment 72, Pascal interprète lesvanités comme des punitions auxquelles les hommes sont soumis par Dieu suite au péché originel. L’homme doit donc s’y soumettre pour obéir à Dieu.

Mais si sa démarche initiale s’inspire de celle d’un de ses adversaires, il n’en est pas moins vrai que Pascal adopte un certain comportement vis-à-vis de ses adversaires.
De prime abord, il suit la même stratégie que ses adversaires quiplacent tous la raison au centre de leur doctrine. En effet, elle est le seul moyen pour les dogmatiques d’atteindre la vérité mais demeure impuissante pour les sceptiques. Ces thèses sont pourtant les références dans le « monde ». Elles deviennent donc des thèses adverses pour Pascal qui a pour objectif de ramener un maximum d’athées à la religion chrétienne. Pour cela, il va montrer les LIMITES de laraison dans la recherche de la vérité.
Pourtant, à la simple lecture des notes de Michel Le Guern, il nous apparaît comme évident que Pascal s’est encore une fois inspiré de Montaigne : la majorité de ces notes font référence aux célèbres « Essais ». L’auteur le prend comme texte de base tout simplement parce qu’il figure parmi LES textes de référence des milieux mondains et libertins. Il se...
tracking img