En quoi l'analogie avec le crapaud explique-t-elle l'image du poète ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1302 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :
Le poème '' le crapaud '' a été écrit en 1873, par Tristan Corbières, un auteur français du 19 ème siècle. Il fait parti du recueil appelé « Les amours jaunes », qui ne connaitra aucun succès du vivant de l'auteur, mais qui sera révélé par Verlaine qui lui consacra un chapitre dans son essai : « Les poètes maudits », en 1883. « Le crapaud » présente un portait autodérisoir du poète, ilse moque de lui même. Ce poème est particulier par sa forme, un sonnet à l'envers et par ses nombreuses entorses aux règles de la poésie. Dans un premier temps, nous analyserons donc la forme et le fond du poème, les éléments de décor présent, et nous finirons par le symbolisme du crapaud.

I – La forme et le fond du poème :
a) Un sonnet contenant de nombreuses entorses à la forme canonique :Pour commencer, la première originalité qui saute aux yeux est la forme du poème. C'est un sonnet inversé. A l'origine, un sonnet se forme avec deux quatrains et deux tercets. Mais ici, nous pouvons constater que le poème est formé avec deux tercets, puis deux quatrains, ce qui forme donc un sonnet à l'envers. De plus, le dernier quatrain nous est présenté de façon particulière : Au lieu de quatrevers, nous avons deux vers, une phrase en pointillé, puis le dernier vers. Cela permet de mettre en valeur le dernier vers, de créer une chute. Il y a également une originalité dans le nombre de syllabe, habituellement, nous aurions dut trouver des alexandrins ou alors des décasyllabes, mais ici, ce sont des octosyllabes. De plus, un vers pose problème. « Vois-le, poète tondu, sans aile » devraitnormalement comporté huit syllabes, mais on en compte neuf sans la synérèse de poè-te.

b) Le lyrisme :
Dans « le crapaud », Corbière évoque plusieurs fois le mot chant, et également le verbe chanter. Il fait allusion grâce à cela au registre lyrique, à l'expression du chant du poète. La synérèse à « poète » montre l'autodérision du poète, au lieu de créer une musicalité dans son oeuvre, ilcrée une syntaxe « hachée », un rythme saccadé, bien loin de la recherche d' homogénéité, de musique harmonieuse des autres poètes, Corbière n'arrive pas à créer un chant mélodieux. Six vers dans le poème contiennent des points de suspensions, au début, ou à la fin, ce qui nous renvoie à l'impression que tout ne nous est pas dit, qu'il manque une partie du message. Ces points de suspensions créent unecoupe, qui brise le vers, qui empêche son développement.
Ces idées nous amènent à penser que Corbière a son propre lyrisme, pour lui, c'est justement de ne pas s'exprimer avec un langage poétique habituel, mais avec le sien.

c) Le fond du poème :
Les écarts volontaires aux règles de poésie donnent l'impression que le poète ne s'occupe pas des formes classiques imposés. Il se joue de latradition tout en montrant quand même qu'il en connait les règles. Il sort ainsi du lot et expose aux autres son originalité. Il se rit des conventions habituelles, mais aussi de lui même. Corbière fait comme si son œuvre ne pouvait pas devenir un vraie poème, alors qu'il connait parfaitement les règles qu'il devrait appliquer pour que son texte devienne plus conventionnel.

II – Les éléments dudécor :
a) Une atmosphère symbolique :
Dans « Le crapaud », Corbière nous donnes l'impression d'un chant angoissant : « Un chant dans une nuit sans air », qui se ressort par rapport au silence de la nuit. « Sans air » renforce cette sensation d'angoisse, ça paraît étouffant, lourd. Le cadre est également dans le même contexte, angoissant, effrayant. « La lune plaque en métal clair » nous ramène àl'idée d'un éclairage froid, confirmé par le métal, qui ramène aussi à quelque chose de froid. De plus, le métal nous renvoie à l'image d'un objet tranchant, dangereux, qui nous ramène à l'aspect angoissant. Cette ambiance paraît plutôt « morbide », nous sommes dans une scène se passant la nuit. « Dans l'ombre » nous renvoie vers l'image de la mort, quelqu'un étant dans l'ombre, un défunt....
tracking img