En quoi l'apologue est il une forme argumentative éfficace?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1473 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour de convaincre et persuader, les auteurs, utilisent différents moyens. Il existe en effet beaucoup de méthodes différentes pour y parvenir. Nous allons plus précisément nous pencher sur l’apologue. L’apologue est très ancien et a permis, de tout temps, de défendre une ou plusieurs thèses. Il remonte à la transmission orale des vérités sacrées. Les mythes et les histoires religieuses l’ontainsi fondé. Du point de vue étymologique, « Apo » signifie le détournement et « Logos » le discours. L’apologue indique un discours qui a été détourné. En bref, c’est un récit court et plaisant porteur d’un message ou d’une morale. C’est donc un sous genre argumentatif qui englobe plusieurs catégories de textes et de récits comme le mythe, la fable, le conte philosophique, l’utopie et la contreutopie ou encore la parabole sacrée. En quoi l’apologue est il une forme d’argumentation efficace ? Plus généralement, on peut se demander comment les textes littéraires constituent ils une argumentation efficace. Après avoir montré que dans l’apologue, l’art du récit et son coté plaisant est apprécié, nous verront comment l’auteur s’y prend pour séduire le lecteur et lui inculquer ses valeurs.Tout d’abord, L’art du récit a permis à l’apologue d’être de tout temps apprécié. On trouve généralement six formes d’apologues. Issus de la tradition orale, le mythe n’est pas argumentatif à l’origine, bien qu’il soit porteur d’une signification symbolique très forte. Certains philosophes donnent une portée argumentative au mythe (Cf. Platon, le Mythe de la caverne). Les fables, dèsl’antiquité, mettent en scène des animaux pour représenter les humains. Les recueils de fables représentent une véritable comédie humaine, peignant avec humour les caractères, donnant des leçons aux puissants, amenant le lecteur à réfléchir, et à tirer une morale de la fable. La Fontaine c’est inspiré d’Esope pour son recueil de fables. Par ailleurs le conte philosophique est souvent riche d’un enseignementimplicite ou explicite qui s’exprime à travers les mésaventures du héros. Par exemple le conte philosophique de Candide de Voltaire raconte la formation du personnage, naïf et innocent qui est confronté à la découverte d’un monde brutal et dur, ce qui permet à l’auteur de dénoncer les abus, l’oppression l’injustice, etc. Les utopies (Cf. Thomas Moore, ou « l’eldorado » dans Candide de Voltaire) etles contres utopies (Cf. 1984 ou The Island), sont aussi des apologues. Elles présentent un lieu qui n’existe pas découvert le plus souvent par hasard. Dans lesquels l’auteur met en place des organisations sociales et politiques différentes de celles du monde dans lequel il vit. L’auteur renverse notre perception du monde, provoque la rêverie, et suscite la réflexion sur ce que notre sociétépourrait être. C’est un idéal qui n’a aucune chance de s’incarner, mais il invite à réfléchir. La parabole sacrée est un récit allégorique, qui permet de dispenser un enseignement religieux et moral, comme, par exemple, « le fils prodigue » extrait des Evangiles. On observe une diversité typologique importante d’apologue mais celui-ci présente une composition narrative simple.
En effet, il respectegénéralement un schéma narratif classique. La situation initiale plante le décor en nous présentant les personnages qui, souvent, sont sans trop de personnalité. C’est le cas dans Candide ou Cunégonde est « fraiche »,  « grasse » et « appétissante » et semble être apparentée à un bonbon ou un objet de convoitise. Les péripéties et les obstacles nous maintiennent en haleine. Elles sont indispensablesà l’auteur qui peut, à travers celle-ci, dénoncer à tour de bras et illustrer leur thèse. C’est ainsi le cas au chapitre six de Candide, pendant « l’autodafé », ou Candide commence à remettre en cause l’enseignement de son maître Pangloss qui disparait puisqu’il est pendu. Il a déjà connu les horreurs de la guerre, « la fessée militaire », la misère, un naufrage et un autodafé mais doit...
tracking img