Encore frissonnant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (988 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce poème de Supervielle fait partie du recueil « La fable du monde » écrit par ce dernier en 1938. Nous avons ici un poème de vingt vers, de six syllabes en une seule strophe. Le premier vers dupoème est également son titre: « Encore frissonnant » ce qui suppose une atmosphère triste et sombre. Après une première lecture le poème peut être compris come une condamnation ou un adieu que faitl’auteur à la vie, il est cependant nécessaire de comprendre que pour Supervielle la vie et la mort sont deux étapes qui vont de paires, pour cette raison nombreuses peuvent être les interprétations.Lorsque l’auteur veut se rapprocher de la vie et en faire l’éloge rapidement son désir de dialoguer avec la mort s’impose, il serait donc incohérent de ne vouloir étudier qu’un seule des deux aspects,chacun s’entremêlant pour ne former qu’un tout qui ne serait que la suite logique l’un de l’autre. Dans un premier temps nous étudierons l’aspect contraignant de la vie de l’auteur, puis dans un secondtemps nous verrons que l’auteur malgré les aspects négatifs de la vie, espère encore quelque chose de celle–ci.

1) La vie : un fardeau

Le premier vers du poème « Encore frissonnant » comme nousl’avons déjà souligné est le titre du poème, l’auteur nous renseigne d’ores et déjà sur l’ambiance et l’atmosphère dans laquelle il cherche à nous plonger. Le frisson peut être interpréter comme uneréaction face à la mort, celle d’un homme qui se sait condamné et qui trouverait dans celle-ci une délibération ultime face au fardeau qu’est sa vie. Supervielle dresse le portrait d’un homme tourmentéqui regarde dans son passé pour construire un futur éphémère, ce personnage est hanté par la mort mais perçoit en elle un chemin inéluctable vers la rédemption. Chaque nouvelle journée est unerenaissance (Tous les matins je dois recomposer un homme), l’homme se construit des angoisses omniprésentes enfoui en son sein, pour aboutir à un être qui n’est que l’ombre de lui-même. L’utilisation...
tracking img