Encyclopédie de diderot à wikipédia

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1416 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
1 INTRODUCTION

Ce dossier a été réalisé dans le cadre du séminaire «Emergence des savoirs, échanges et mondialisation ». L’un des objectifs du cours a été de se poser des questions sur la circulation des connaissances et comprendre certains mécanismes de la vulgarisation des savoirs. L’encyclopédisme et les nouvelles formes d’encyclopédie sur Internet, tel Wikipédia me semblent être à lafois un excellent support et outil d’observation et d’analyse.

Après avoir tracé l’histoire de l’encyclopédie et ses caractéristiques en centrant sur l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, nous verrons une description de Wikipédia, l’encyclopédie en ligne collaborative, son mode de fonctionnement, ses limites et contraintes.

Pour conclure, je porterai mon analyse sur laquestion de savoir s’il y a rupture entre l’encyclopédie de Diderot et l’encyclopédie moderne, à savoir l’exemple de l’encyclopédie en ligne collaborative Wikipédia.

1 Le classement

La volonté de rassembler, classer et partager tous les savoirs dans un seul endroit n’est pas neuve. Elle s’est même agrandie au fur et à mesure que les frontières géographiques se sont élargies, que lesdistances ont diminué et que l’homme est devenu non seulement un citoyen de chez lui, mais à une plus grande échelle, d’un autre chez lui plus large. Ainsi ne parle t-on plus seulement d’être auxerrois et bourguignon et français, mais aussi européen. Les frontières du classement sont aussi passées d’un niveau micro, puis régional et national, à un niveau mondial.
L’histoire de l’encyclopédie est liée àcette volonté des savants de classer le savoir et plus particulièrement tous les savoirs, à l’échelle universelle.

Très souvent penser c’est classer. Des tablettes d’argile datant du début de l’écriture sumérienne ont été trouvées avec des listes des mots, supposant déjà une sorte de classement.
Mais on doit à l'Antiquité les premiers systèmes d'organisation du savoir. Pour Aristote lemonde peut être structuré de façon hiérarchique : il part de sa propre observation, expérimente les faits observés et établit des classifications. On le compare souvent à Pline qui lui est un compilateur, il accumule les faits sans établir de hiérarchie entre eux[1].

L'histoire de l'encyclopédisme, n’a cessé d'osciller entre ces deux modèles : système et inventaire. Aristote qui classe etPline qui énumère. Deux enjeux sont étroitement mêlés :
· un enjeu théorique : Quelle unité de savoir pour unifier, édifier un tout ?
· un enjeu opératoire : Quels outils pour retrouver et rendre accessible ?

2 Etymologie

Etymologiquement, le mot encyclopédie vient du grec l'enkuklios (circulaire) et païdea (éducation). Par une erreur de transcription, on trouve le termeenkuklopaideia, dans une copie réalisée au XVème siècle d’un ouvrage de Quintilien sur l’éveil et l’éducation de l’enfant. L’idée est donc celle d’un savoir circulaire, global. Ce projet éducatif de cercle d’études à parcourir, tel était le sens initial, marquera les différentes encyclopédies. Le mot a été latinisé en encyclopædia au cours du XVIème siècle.

Des ouvrages à caractère encyclopédique,pour rassembler l’ensemble des connaissances humaines, ont existé depuis l’Antiquité et notamment au Moyen Age. Mais c’est au XVIIIème siècle qu’apparaît réellement le concept d’Encyclopédie.

3 Quelques repères contemporains : la BnF

Le 14 juillet 1988, lors du traditionnel entretien télévisé du Président de la République, François Mitterand annonce "la construction etl'aménagement de l'une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde....(qui) devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d'autres bibliothèques européennes".

Presque dix ans après, alors qu’en France le grand...