Engels - origine de la famille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 303 (75525 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FRIEDRICH ENGELS L'ORIGINE DE LA FAMILLE, DE LA PROPRIETE PRIVEE ET DE L'ETAT1
Sommaire :
Préface à la première édition de 1884 (p.2) Préface à la quatrième édition de 1891. Contribution à l'histoire de la famille primitive (Bachofen, Max Lennan, Morgan) (p.3) L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'Etat (A propos des recherches de Lewis H. Morgan) (p.10) I. Les stadespréhistoriques de la civilisation (p.10) 1. L'Etat sauvage (p.10) 2. La barbarie (p.11) II. La famille (p.13) III. La gens iroquoise (p.41) IV. La gens grecque (p.49) V. Genèse de l'Etat athénien (p.54) VI. La gens et l'Etat à Rome (p.60) VII. La gens chez les Celtes et les Germains (p.66) VIII. La formation de l'Etat chez les Germains (p.73) IX. Barbarie et civilisation (p.79) Notes (p.91) Personnageslittéraires et mythologiques (p.94)

Edition électronique réalisée par Vincent Gouysse à partir du Tome III des Œuvres choisies de Karl Marx et Friedrich Engels publié en 1970 aux Editions du Progrès, Moscou.

WWW.MARXISME.FR

PRÉFACE À LA PREMIÈRE ÉDITION DE 1884
Les chapitres qui suivent constituent, pour ainsi dire, l'exécution d'un testament. Nul autre que Karl Marx lui-même ne s'étaitréservé d'exposer les conclusions des recherches de Morgan, en liaison avec les résultats de sa propre — et je puis dire, dans une certaine mesure, de notre — étude matérialiste de l'histoire, et d'en éclairer enfin toute l'importance. En effet, en Amérique, Morgan avait redécouvert à sa façon la conception matérialiste de l'histoire, découverte par Marx il y a quarante ans, et celle-ci l'avaitconduit, à propos de la comparaison entre la barbarie et la civilisation, aux mêmes résultats que Marx sur les points essentiels. Or, pendant des années, les économistes professionnels d'Allemagne avaient mis autant de zèle à copier Le Capital que d'obstination à le passer sous silence ; et l'Ancient Society [Ancient Society, or Researches in the Lines of Human Progress Savagery, through Barbarism, toCivilisation. By Lewis H. Morgan, London, Mac-millan and Co, 1877. Ce livre est imprimé en Amérique, il est étonnamment difficile de se le procurer en Angleterre. L'auteur est mort il y a quelques années.] de Morgan ne fut pas autrement traitée par les porte-parole de la science « préhistorique » en Angleterre. Mon travail ne peut suppléer que faiblement à ce qu'il n'a pas été donné à mon amidisparu d'accomplir. Je dispose cependant d'annotations critiques qui se trouvent parmi ses abondants extraits de Morgan [Il s'agit d'extraits commentés d'Ancient Society de Lewis H. Morgan. (N.R.)], et je les reproduis ici, dans la mesure du possible. Selon la conception matérialiste, le facteur déterminant, en dernier ressort, dans l'histoire, c'est la production et la reproduction de la vieimmédiate. Mais, à son tour, cette production a une double nature. D'une part, la production de moyens d'existence, d'objets servant à la nourriture, à l'habillement, au logement, et des outils qu'ils nécessitent ; d'autre part, la production des hommes mêmes, la propagation de l'espèce. Les institutions sociales sous lesquelles vivent les hommes d'une certaine époque historique et d'un certain pays sontdéterminées par ces deux sortes de production : par le stade de développement où se trouvent d'une part le travail, et d'autre part la famille. Moins le travail est développé, moins est grande la masse de ses produits et, par conséquent, la richesse de la société, plus aussi l'influence prédominante des liens du sang semble dominer l'ordre social. Mais, dans le cadre de cette structure sociale baséesur les liens du sang, la productivité du travail se développe de plus en plus et, avec elle, la propriété privée et l'échange, l'inégalité des richesses, la possibilité d'utiliser la force de travail d'autrui et, du même coup, la base des oppositions de classes : autant d'éléments sociaux nouveaux qui s'efforcent, au cours des générations, d'adapter la vieille organisation sociale aux...
tracking img