Engime des blancs-manteaux, parot.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1027 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte étudié est un extrait de l’incipit du roman policier, écrit par Jean François Parot et parût en 2000. Il s’intitule l’Enigme des Blancs Manteaux. Dans ce texte principalement narratif, mais aussi descriptif, deux hommes conduisant un chariot transportent deux tonneaux au contenu douteux.
En lisant ce passage à l’atmosphère pesante le lecteur se plonge totalement dans l’intrigue, commesi il était réellement spectateur de cette scène pour le moins étrange. Ainsi, dans une première partie, nous montrerons en quoi cet incipit produit un effet de réel au lecteur. Puis, dans un deuxième temps, nous évoquerons l’atmosphère « polar » de ce passage. En dernier lieu, nous en dégagerons l’ambiance angoissante.

Dans cet extrait, le lecteur est immédiatement surpris par l’effet deréel qu’il produit. Cette impression peut s’expliquer. Il y a en effet dans ce texte, certaines indications réelles, connues du lecteur, comme par exemple : « de la Courtille à la Villette » « a Bassignano en 1745 », « au Royal Dauphin » .Ainsi, il pense immédiatement qu’étant donné que les informations sur les lieux et les personnages sont véridiques, il doit en être de même pour l’histoire.La seconde justification pourrait être la précision des passages descriptifs, de part la quantité non négligeable d’adjectifs qualificatifs, compléments du nom et participes passés qui nous donnent des renseignements supplémentaires ; par exemple : « Journée sombre », « cheval étique », « enveloppés de capes dont les pans noirs étaient à demi éclairés par la lueur d’un méchant falot », « soldétrempé », « lumière livide ».Toutes ces indications permettent aux lecteurs de mieux se représenter la scène, d’où l’effet de réel.
L’auteur a donc choisi de faire preuve d’une extrême précision, mais aussi de citer des lieux connus du lecteur, ce qui permet à ce dernier de s’imaginer parfaitement la scène et même éventuellement de s’y projeter.

Nous allons désormaisévoquerl’ambiance « polar » de ce passage. Qui dit « polar » dit forcément enquête policière, mais pour qu’il y en ait une faut-il déjà qu’il y ait un homicide. Nous allons voir qu’au fur et à mesure de la lecture, on s’aperçoit de la similitude entre l’atmosphère du passage étudié et celle d’un polar.
Premièrement, nous remarquons l’évocation dès le premier paragraphe de deux tonneaux : « deux tonneauxs’entrechoquaient » : le lecteur est intrigué par cette précision a propos du chargement du chariot, quel serait l’intérêt pour l’auteur de les mentionner s’ils n’étaient que de simples tonneaux ?
De plus, la gradation suivante : « une odeur tenace », « l’insistance douceâtre », « épouvantable puanteur » ne fait qu’accentuer les doutes du lecteur à propos du chargement douteux, et parconséquent l’ambiance « polar » est mise en avant car le lecteur, tout comme dans les polars, cherche à comprendre faisant des hypothèses sur le dénouement.
Enfin, dans la partie de dialogue, il est question de « viande », et de « cadavre », les doutes du lecteur étaient fondés.
Il est donc question d’un cadavre, et sûrement d’un crime, ce qui expliquerait le fait qu’ils soient dans des tonneaux,l’atmosphère qui émane de cette scène est bien celle d’un polar.

En dernier lieu, nous allons développer le fait qu’une ambiance angoissante se dégage de ce texte. Plusieurs éléments entrent en jeu dans la mise en place de cette atmosphère si particulière.
Premièrement, on peut relever les expressions marquant l’obscurité très présente dans le passage descriptif qui de plus, sedéroule « dans la nuit » :
« journée […] sombre », « obscurité », « rares lumières », « lumière livides », « brouillard », « les deux ombres », « méchant falot ». Cette dernière expression nous indique que la lumière n’est pas souhaitée dans cette scène, comme si le falot dérangeait son bon déroulement.
Toutes ces expressions nous indiquent que ce passage se déroule dans l’obscurité...
tracking img