Enivrez vous baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1124 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ENIVREZ-VOUS, Baudelaire

-Poème en prose où l’on retrouve le thème majeur des Fleurs Du Mal : l’aspiration de l’Homme à fuir sa condition mortelle, soumise au temps qui passe.
-Ivresse considérée comme un remède à ce mal métaphysique ( elle devient noblesse morale, alors que le puritanisme bourgeois la réprouve.
-Provocation du titre contenue dans l’impératif : « Enivrez-vous » ( annonce untexte qui va solliciter la sensibilité du lecteur.
-Enthousiasme lyrique marqué par le rythme.

LE THEME DE L’IVRESSE

-Le poète ne décrit pas les effets de l’ivresse ( l’Homme doit fuir l’horreur de sa condition dans l’ivresse même.

A quoi sert l’ivresse ?

-Hantise de l’Homme baudelairien : échapper au temps dévastateur ( déb et fin de texte formulations syntaxiques parallèles enguise de renforcement
« Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps »
« Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps »

-Temps : notion abstraite souvent personnifiée par Baudelaire (cf L’ennemi dans les Fleurs du Mal) : 2 images du temps ( silhouette du vieillard courbé par le poids des ans (périphrase pour désigner la vieillesse)
« fardeau […] qui brise vos épaules et vous penche versla terre »
( personnification du temps, aggravant notre destinée mortelle (fantasme de la persécution)
« les esclaves martyrisés du Temps »

-Obsession du Temps au cœur du texte à travers « l’horloge » et « l’heure » : « l’horloge » douée de parole annonce qu’ « Il est heure de s’enivrer » ( ici, loin de lui rappeler les exigences du réel, « l’horloge », complice du désir d’évasion,invite l’Homme à se soustraire à la conscience de la durée.

Quelle ivresse ?

-Etrange association de termes ( seule la mention du vin paraît logique
« Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu »
(Rq : déjà dans la 4ème section des Fleurs du Mal, le vin permet aux pauvres d’oublier leur misère)

-Ivresse par la poésie : sur un plan spirituel, enivrement de l’âme par la beauté(sorcellerie évocatoire de la poésie, stimule la sensibilité et l’imagination)

-Ivresse par la vertu : notion souvent associée aux idées de sévérité, de rigueur ou d’austérité ( ici, aspiration à la beauté morale et au dépassement de soi ( ?)

⇨ 3 modes d’évasion hors de la médiocrité du réel ( dans l’ordre des sens, oubli de la misère matérielle grâce au vin ; dans l’ordre de l’esprit,révélation de la beauté par la poésie (cf Ponge : « La poésie est l’art de traiter les paroles afin de permettre à l’esprit de mordre dans les choses et de s’en nourrir ») ; dans l’ordre de l’âme, élévation au-dessus des contingences et des mesquineries du vulgaire.

-Ton provocateur de l’expression « à votre guise » : boisson = vice du peuple à l’époque de Baudelairevertu = idée de respectabilité bourgeoise
( or, ici, vin et vertu sur un pied d’égalité, l’une ou l’autre forme d’ivresse est présentée comme un choix personnel (« à votre guise ») ( aucune considération morale, puisque l’important est d’oublier le réel et le temps (cf Les Paradis Artificiels).

L’ivresse, pour qui ?

-Formulationgénéralisante de la 1ère phrase : « Il faut être toujours ivre » ( nécessité universelle

-le « vous » renvoie au lecteur saisi dans sa condition d’être soumis au temps

-Abolition des barrières sociales : « sur les marches d’un palais » ( suggère la figure d’un prince ou d’un roi
« sur l’herbe verte d’un fossé » ( figure du pauvre, du vagabond ( ?)« dans la solitude morne de votre chambre » ( renvoie au lecteur lui-même avec arrière-plan de l’ennui pascalien, ennui du quotidien + emprisonnement banal et domestique de la « chambre », générateur de spleen.

INCANTATION ET LYRISME

-Rythme et répétition pour enchanter/convaincre le lecteur ( incantation progressive

-Lyrisme du...
tracking img