Enseigner la musique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Enseigner la musique Avant de déambuler dans les méandres que sous-entend le concept d’enseignement de la musique, il serait tentant de modifier légèrement le titre de ce texte sous la forme Enseigner la musique ? Ce simple point d’interrogation me permet de renvoyer d’emblée le lecteur à une intéressante publication de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts : Peut-on enseigner l’art ?1 Etde poser ainsi au départ cette double question fondamentale : un art, une pratique artistique peuvent-ils faire l’objet d’un enseignement, et si oui, comment et dans quel dessein. Notre réflexion s’exercera dans un contexte général et entend plus indiquer des directions en se gardant de tout dogmatisme. Entrons dans le débat par le moyen de l’étymologie de deux mots : enseigner et pédagogue. Dansle premier, un verbe latin, la combinaison de « in » (dans, vers) et « signare » (marquer d’un signe), contient déjà toute la puissance de l’écrit et du mouvement. Dans le deuxième, un substantif grec, l’association de « paidos » (enfant) et « ago » (conduire) désigne une personne et une fonction, celle d’accompagner. Des racines de ces deux mots, si souvent prononcés et avancés, nous tirerons leplan quaternaire de notre communication en les affectant à la musique, afin d’en explorer les potentialités ou d’en mettre à jour les contradictions. IN, l’initiation et la notion de mouvement La notion de mouvement est consubstantielle à la musique sous deux aspects : la propagation des sons par la vibration de l’air, c’est-à-dire les hauteurs et leur ordonnance dans le temps, c’est-à-dire lerythme. Ces deux fondamentaux, auxquels viendront se greffer les notions d’harmonie et de forme, passent par un ressenti corporel. Le simple énoncé de ces deux caractéristiques indique assez que la première phase d’éveil à la musique passe impérativement par le corps. La maîtrise de ces deux composantes prend infiniment de temps si l’on veut la pousser à l’extrême en s’affranchissant du poidshistorique que constituent notre système tempéré des sons et la régularité de nos carrures rythmiques. La perception des hauteurs et des rythmes sans l’ancrage historique que nous venons d’évoquer et prise « in se et per se » compose une matière infinie et qui dépasse certainement les capacités humaines de perception (d’où les divisions antiques de « musica mundana, instrumentalis et humana »). Il devientdonc nécessaire de réduire le champ des possibles afin de le rendre exploitable. Diverses stratégies peuvent être employées à cette fin, selon qu’on s’adresse à des adultes ou à des enfants. Pour ces derniers, l’association dansée et chantée se révèle souvent efficace, mais demande l’intervention conjointe et concertée d’un musicien et d’un danseur. Dans la notion de mouvement se trouve égalementinscrite la notion de but, ou, en tout cas, de trajet. Comme dans tout trajet ou voyage, on y mêle l’élément de la découverte. Ce sont pour l’essentiel les contenus d’une initiation : être initié c’est découvrir en soi les résonances des sons et des rythmes par le biais d’un processus corporel. Sous une telle forme, cette phase de l’enseignement musical dans nos conservatoires a une existencerelativement récente. On peut toutefois en signaler deux écueils, ou tout du moins, deux précautions à prendre. C’est en pleine phase de latéralisation qu’a souvent lieu dans nos conservatoires la phase d’éveil et d’initiation (5-7 ans). On sait aujourd’hui que la dissymétrie auditive
1

Musée du Louvre – ENSBA, Paris, 2004.

comporte les attributions suivantes : l’oreille droite vers la partiegauche du cerveau (langage articulé et décodage sémantique), l’oreille gauche vers la partie droite du cerveau (émotions). L’acquisition de la latéralisation (qui ne limite d’ailleurs pas à la dominance manuelle, même si celle-ci pèse de toute son importance dans beaucoup de techniques instrumentales) possède des répercussions importantes dans la construction de l’enfant. Par conséquent, on ne...
tracking img