Entreprenariat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Entreprenariat

CHAPITRE I : L’APPROCHE NEO-INSTITUTIONNELLE

1. LA THEORIE NEO-CLASSIQUE

Selon l’approche néo-classique, la perception de l’entreprise peut se faire selon deux approches :
- L’entreprise en tant que centre de production,
- L’entreprise en tant qu’acteur intégré dans la chaîne économique.

1.1 L’ENTREPRISE EN TANT QUE CENTRE DE PRODUCTION

Cette perception estréalisée au travers d’une capacité maximale de production de l’entreprise. Une telle vision suppose deux éléments :
- Une organisation efficiente des différents facteurs de manière à atteindre la production maximale,

- Une absence de prise de conscience collective : La relation entre les différents individus est l’entreprise n’est perçue que comme une relation d’échange de travail contre rémunération.Ceci constitue une des limites de cette théorie car elle fait abstraction de dimensions psychologiques telle que la culture d’entreprise, la motivation, le leadership etc.

1.2 L’ENTREPRISE COMME ACTEUR INTEGRE DE LA CHAINE ECONOMIQUE

La vision néolibérale place l’entreprise dans la position d’un agent qui recherche un profit maximale. Ce profit maximal n’est possible que dans unenvironnement de concurrence et de rationalité parfaite. Avec l’émergence de l’imperfection de la concurrence et de la rationalité, un tel objectif devient impossible.

2. LES REVISIONS MANAGERIALES ET BEHAVIORISTES

La théorie managériale présuppose l’identification de l’entreprise à un organisme biologique qui dans une conception darwinienne œuvrent avant tout pour sa survie. La théorie managérialeaccorde une caractéristique supplémentaire à l’organisation : celle d’un conscient collectif. Ce dernier résulte d’un effet systémique de la réunion des parties composées par les ouvriers. Ainsi donc l’organisation serait sources de pensées, de réflexions qui lui sont propres et non assimilables à un seul individu.
La théorie behavioriste rejette toute notion de maximisation de profit, debien-être pour développer une aptitude à la satisfaction des parties permettant la survie du tout qui les accueillent. La théorie behavioriste est sous-tendue par la théorie des jeux qui préconise la mise en place d’un principe gagnant-gagnant en lieu et place d’une minimisation des risques ou de maximisation des gains.

3. LA NOUVELLE THEORIE INSTITUTIONNELLE

La nouvelle approche de l’économieinstitutionnelle se caractérise par différents éléments :
- La conception de la firme est modifiée. Elle n’est plus perçue au travers de sa fonction de production mais comme un lieu où se tisse et disparaisse des contrats.

- Le comportement des acteurs n’est plus perçu comme étant passif mais doté d’une dynamique destinée à permettre la réalisation d’objectifs à la fois organisationnels etpersonnels. Ainsi, l’individu n’est plus attaché à un statut précis mais peut percevoir à travers son travail la possibilité d’une progression sociale. La vocation de cette nouvelle théorie de l’entreprise est d’affirmer la suprématie de l’entreprise capitaliste sur toute autre forme d’organisation. Cela suppose que le dirigeant est propriétaire de tout ou partie du capital de l’organisation.

LESTHEORIES DES DROITS DES PROPRIETES

Ces théories s’intéressent aux éléments qui favorisent la motivation, l’implication des individus dans la réalisation de leur travail. Elle part du postulat que la propriété privée est l’élément fondamental de l’efficience. Chaque acteur de l’organisation est considéré comme propriétaire de la production réalisée qu’il revend ensuite à l’entreprise. Chaqueacteur ne pouvant agir individuellement, l’organisation est alors perçue sous l’angle d’une équipe à la manière d’une équipe sportive.
La vision néoclassique assimile l’économie de marché à la situation soutenue par différents éléments :
- Au niveau de la consommation, il est impossible d’accroitre le niveau de satisfaction d’un individu sans entrainer l’insatisfaction d’un autre (optimum de...
tracking img