Entretien analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1055 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ANALYSE DE PRATIQUE : ENTRETIEN INFIRMIER

Le lieu du stage

une unité d'entrée fermée de l'hôpital psychiatrique accueillant des adultes.
Elle a une capacité de 21 lits, dont trois chambres individuelles d'isolement.

L'équipe soignante se compose de:
2,5 médecins PH
1 généraliste
1 cadre infirmier
2 psychologues
2 assistantes sociales
18 infirmier(es), 14 de jour,4 de nuit
3 aides soignant(es)
5 ASH

La restructuration départementale de la sectorisation a engendrée une modification de la population accueillie. Auparavant, . Dorénavant la sectorisation se fait par lieu d'habitation, mais se différencie aussi par rural et urbain, Actuellement, les patients de l'unité sont majoritairement des psychotiques.

Ses missions principales sont:
Laprise en charge du patient et l'organisation de son étayage en extra hospitalier
Les actes diagnostiques et les démarches de soins
La vie quotidienne, l'environnement, les traitements, les soins éducatifs
Les soins à visée somatique
Les soins à visée psychiatriques, la socialisation, les médiateurs de soin

Présentation de la patiente.

Mme C, 56 ans, a été admise le 3 décembre2010 suite à une ingestion médicamenteuse volontaire de benzodiazepines consécutive à une altercation avec sa soeur qui l'hébergeait. Elle a plusieurs antécédents d'IMV, est en hospitalisation libre (HL) et est suivie en psychiatrie depuis de nombreuses années en intra et extra hospitalier pour une schizophrénie paranoïde avec des troubles délirants persistant (essentiellement à thème depersécution).
Mme C dispose d'un statut de majeur protégé (tutelle), est sans activité professionnelle et touche l'allocation pour adulte handicapé (AAH).

Objet de l'entretien.

Mme C, très angoissé ce jour là, commence à verbaliser son malaise entre « deux portes ». Je la sollicite alors pour lui proposer de s'isoler et de s'installer plus confortablement afin de mener cette conversation.
C'estdonc un entretien de soutien qui a pour objet de permettre à la patiente de déposer ses angoisses.

Déroulement de l'entretien.

Il a lieu dans un bureau du service, à l'écart des salles communes, au calme.
Nous sommes assis face à face, sans bureau nous séparant.
Au préalable, l'assentiment de la patiente est demandé pour savoir si elle accepte les modalités proposées. Son consentement estégalement recherché afin que ma tutrice puisse assister à l'entretien.

Attitudes et comportements.

La patiente adopte une position voutée, semblant porter physiquement tous ses malheurs.
Je choisis d'adopter une attitude la plus rassurante que je puisse, de parler calmement et le moins possible (écoute active) tout en ne montrant aucune adhésion à son délire.

Au cours de l'entretien elle semet a pleurer. Je choisis de garder mes distances. En effet, une attitude qui tendrait a consoler le patient peut l'entrainer encore plus profondément dans sa tristesse. De plus, il est primordial pour le soignant de d'éviter une implication des affects.

A plusieurs reprises je note une synchronisation des positions : mains sur les genoux, même posture assise. Ce qui montre que nous étionstous les deux sur un mode de communication productif.

Vers la fin de l'entretien, Mme C tente d'avoir mon assentiment et mon adhésion à son délire de persécution alors qu'elle parle à ma tutrice : « dites lui vous... ». Je décide alors de ne pas rentrer dans son jeu et la renvoie sur l'autre interlocuteur.

Type de discours.

Malgré un fond de vérité avéré dans son histoire, la patiente tientdes propos délirants à thème de persécution concernant une conspiration autour d'un héritage familial, de plusieurs agressions sexuelles et d'une opération chirurgicale ( « je me suis endormie à l'hôpital et quand je me suis réveillée j'avais une cicatrice et ma trompe (de fallope) avait disparue. Si c'est pas une prueve que quelqu'un me l'a volée... »).

Un des mécanisme de son délire est...
tracking img