Entretien avec r. provine sur les caractéristiques du phénomène "rire"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1143 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
La science du rire : Entretien avec Robert Provine, extrait de Mondeo publishing, « le monde vu par les sciences ».

Nous rions tous, dès les premiers mois de la vie. Aussi naturel soit-il, ce phénomène reste mystérieux. Comment expliquer le rire, si fréquent ? L’adulte rit en moyenne vingt fois par jour, l’enfant jusqu’à quatre cents fois !Spécialiste mondialement reconnu, le neurobiologiste Robert Provine étudie depuis près de vingt ans le rire. Pour Le monde de l’enfance, il révèle les secrets de la puissance émotionnelle et sociale du rire. Il répond à nos questions...

LME : Apprend-on à rire, ou est-ce quelque chose de naturel ?
Robert Provine : Le rire est une caractéristique universelle, une capacité que nous possédons tousdès la naissance. Il se manifeste de manière inconsciente et spontanée, en dehors de toute volonté ou contrôle. Essayez de rire volontairement, vous verrez à quel point c’est difficile ― et le résultat sonne faux. Nous ne décidons pas de rire, c’est notre cerveau qui est aux commandes. Ce sont des sensations, des pensées, des stimulations externes qui provoquent le rire, et quand nous éclatons derire, notre corps ― les muscles des bras, du tronc, des jambes, la respiration ― est fortement impliqué. L’homme n’est d’ailleurs pas la seule espèce qui soit capable de rire. Les chimpanzés et les gorilles ne produisent pas les mêmes sons que nous, mais un bruit proche du halètement lorsqu’ils se chatouillent, se chahutent et jouent. Je pense que nos ancêtres primates possédaient cette formeprimaire du rire, ce qui explique que tous les humains naissant avec cette prédisposition, ancrée dans l’évolution de notre espèce. Le rire date d’avant la parole et l’humour. Nous avons hérité de nos ancêtres ce reliquat vocaliste, un élément qui, comme les grognements ou les cris, permettait de communiquer. Le chatouillement et le chahut sont des déclencheurs ancestraux du rire. Aujourd’hui, ilcoexiste avec la parole.

LME : A quel âge se manifestent les premiers rires ?
Robert Provine : Très tôt, le bébé réagit et s’exprime en riant. Dès l’âge de trois mois et demi, quatre mois ― donc bien avant le développement du langage, les premiers rires liés à une stimulation sociale apparaissent, souvent au moment des premières séances de chatouillement. Comme les pleurs, en l’absence de la parole,le rire lui sert à communiquer et interagir avec ses parents, en particulier la mère. En fonction des âges, l’expression du rire se transforme, évolue. C’est vers l’âge de cinq ans, dans une période où ils jouent beaucoup, que les enfants rient le plus et de la manière la plus exubérante. Les chatouilles sont très appréciées des enfants. Ils s’enfuient ou crient devant la personne qui leschatouille, ce qui ne les empêche pas de revenir quelques secondes plus tard pour une nouvelle séance de chatouilles et d’éclats de rire ! Les bébés, eux, ne peuvent s’enfuir. Selon l’intensité des chatouilles, ils vont rire, s’agiter ou pleurer. Cet échange favorise le contact avec les personnes qui prennent soin de lui, et participe aussi à l’émergence du soi chez les bébés, les prémices du sentimentd’identité. En grandissant, on reste très sensible et on rit à cause de ces stimulations tactiles, mais au fil des ans, ce comportement s’atténue. À l’âge adulte, on rit encore quand on est chatouillé (80 %) et qu’on est chatouilleur (84 %). Ce type de rire est important dans la réciprocité de la relation. La poupée qu’on chatouille, un jouet sorti à Noël 1996 aux États-Unis, a fait fureur. Lechahutage est une autre source physique de rire. Activité très prisée par les jeunes enfants, elle devient à l’adolescence une part des premiers jeux amoureux. Dès l’enfance, le rire exprime une véritable puissance sociale et émotionnelle.

LME : Vos études montrent que le rire est souvent la réaction à une situation qui n’a rien d’amusant. Dans ce cas, pourquoi rions-nous ?
Robert Provine :...
tracking img