Environnement de l'eau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6083 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
{draw:g}
{draw:rect} {draw:frame}
{draw:frame}
Sommaire
INTRODUCTION :
I/ L’eau, un secteur en perpétuel changement
Les environnements politiques, socioculturels et économiques
*Les* réglementation*s* du secteur
Les technologies liées à l’eau
II/ Problématique interne au secteur
*Les modes de *distribution et de *gestion* de l’eau potable*Le débat du secteur* public et privé
Les perspectives du secteur Les nouvelles solutions et la R&D CONCLUSION
Introduction
Comment la communauté mondiale et européenne peut elle s’organiser afin de répondre aux nouveaux besoins ?)
L’eau, un secteur en perpétuel changement
*Les environnements p*olitique*s, *socioculturel*s* et *économique*sAnalyse de la politique du secteur
Ces conflits se situent principalement au Moyen-Orient et en Afrique où la distribution est assez limitée. En fait, nous pouvons dire que les conflits se passent majoritairement dans les pays pauvres et cela parce que c'est a ce niveau que le vrai problème de la distribution se pose. Qui dit manque d'argent, dit manque de financement, manque de moyen, etfinalement manque d'eau et de développement. La consommation en eau par habitant est d’ailleurs considérée comme un indicateur du développement économique d'un pays.
A titre d'exemple voici des problèmes politiques liés à l'eau... et ce n'est pas prêt de s'arrêter...
la Syrie et la Turquie à cause du Tigre et de l'Euphrate
Namibie et le Botswana pour le détournement de l'Okavangoles pays riverains du Nil : Égypte et Soudan contre l'Éthiopie
Etc...
Cependant dans certains cas, cela peut être un facteur de rassemblement. Prenons pour exemple le cas de la guerre entre le Pakistan et l'Inde dans les années 60. Même au paroxysme de la guerre, ces deux pays ont continué le financement bilatéral de l'aménagement du fleuve Indus.
Ceci s'expliquent notammentpar le fait que 260 bassins versants sont transfrontaliers et que 40 % de la population mondiale y est établie. Par exemple, tous les pays cités ci contre reçoivent plus 75% de leur eau via fleuves et rivières venant de d'autres pays en amont : Bulgarie, Cambodge, Congo, Gambie, Hongrie, Luxembourg, Mauritanie, Pays-Bas, Roumanie et Soudan.
La qualité et la quantité de l'eau devient un telproblème géopolitique que l'on parle maintenant d' « hydropolitique ». en effet, au fossé existant entre pays riches et les pays pauvres vient s'ajouter le problème de l'eau. Les riches grâce à leurs ressources économiques, arrivent a mettre en place des structures d'exploitation des ressources. Les pays les moins riches ne trouvent pas d'organisation subventionnant des barrages, ou autreapprovisionnement hydraulique stable.
Afin de provoquer un mouvement unique et global dans le monde entier et en particulier à cause des gaz à effet de serre, différentes réunions ont été organisé entre les chefs d'État de la majorité des pays du monde.
Pour commencer le sommet de Johannesbourg, ayant eu lieu en 2002, annonce la réduction de moitié d'ici à 2015, par rapport à 1990, la part d'humainprivé d'eau potable.
Lui succède le protocole de Kyoto, mis en place en 2003 qui statue sur le fait que le réchauffement climatique et les gaz à effet de serre provoquait une pénurie des eaux et une baisse de sa qualité à long terme dans les pays en voie de développement.
L'été dernier, a eu lieu la semaine de l'eau à Stockholm en Suède. Pendant cette conférence, il a été établi que 47% de lapopulation mondiale sera concernée par la pénurie des eaux. Il est donc important que la prochaine conférence de Copenhague en décembre 2009 résolve un problème soulevé pendant la semaine de l'eau : le financement de ces installations et rénovations afin de distribuer l'eau partout dans le monde tout en prenant en compte le réchauffement climatique dans la qualité du réseau de distribution. Selon...
tracking img