Epilepsie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2670 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L' Accueil de la crise

Cette intervention fait suite à un travail de thèse que j’ai intitulée : « l’épilepsie du sujet ». J’en dégagerai seulement quelques points-clés utiles pour situer l’enjeu que constitue:l’Annonce du diagnostic et surtout les effets qui s’en suivrentpour la personne concernée, son entourage, et lesprofessionnels qui ont à intervenir auprès du patient.

Ce travailm’avait amené à énoncer l’opportunité d’un « dispositif » qui viendrait accompagner ou faire partie de ce moment que constitue l’annonce du diagnostic, dispositif qui viserait surtout à faire advenir la parole de la personne ou des personnes concernées - chosequi n’est pas facile dans les temps de début de la maladie.

L’écoute porterait sur trois points :
1. Le récit de la crise intégrant la priseen compte de l ’entourage,
2. L’écoute des phénomènes d’aura et des signes précurseurs à la crise,
3. L’accueil du Réel de la crise,
I - le récit de la crise

Outre bien sûr, les consultations pour le diagnostic strictement médical et le traitement adapté qui s’en déduit, le malade est plongé dans une expérience majeure (pour les clichés : le caractère effrayant de la crise, lanécessité pour celui qui en est atteint de cacher son état, le retour à l’état sain etc…) qui a du mal à trouver ses mots, ses lieux et ses temps.

«Le retour à l'état sain» signifie qu' après la crise : il ne s’agit pas d’une guérison, mais d’un retour plus ou moins rapide à l‘état normal. L’enfant qui fait une absence en classe reprend le cours des événements
après les avoir totalement perdus pendantson absence.

Celui qui est victime d’une grave crise peut être transporté dans un état d’extrême gravité, en état de dépendance à autrui, à l’hôpital, et se retrouver dans son état normal quelques heures après. La personne qui fait une crise d’épilepsie vit donc une succession d’états intenses et paradoxaux, sur un rythme rapide. Cette succession rend fragile toute proposition d’écoute comme leproposent traditionnellement les psychanalyste
(cf le livre très riche de lucien Mélèse que je considère comme celui qui a validé l'adresse de personnes souffrant d'épilepsie vers l'analyse : La psychanalyse au risque de l’épilepsie Ed. Erès).
Cette succession est rarement reçue comme élément du vécu et alimente parfois même l’hypothèse de la simulation.

Il n'est pas inutile me semble t-il derappeler pour avancer que depuis l’Antiquité, la maladie a trouvé des appellations variées.Nous constatons que chacune contient l’expression d’un trait qui reste valable aujourd’hui.

• "Le Mal de St Jean "désigne les grandes attaques et “Le Mal de St Gilles” les petites attaques .le Mal d’Hercule, la force et la violence de l’attaque.
• "Le Mal des Comices", la place sociale trèsparticulière de l’épilepsie ; redoutée, invalidante, mettant le sujet en position d’exception, produisant la honte et le statut si particulier la Maladie Sacrée, comme soumission à des forces surnaturelles ou, quoi qu’il en soit, inconnues, conception tellement ancrée encore de nos jours.
• le Mal Lunatique, qui vient figurer la périodicité des crises,présente dans la définition médicale même dela maladie où n’estconsidéré comme épileptique que celui qui a des crises répétées. le Mal Démoniaque, à rapporter aux phénomènes de possession par ce trait majeur : le sujet ,l’objet de la possession comme de l’épilepsie, ne l’est qu’un certain temps, et, durant les intervalles, apparaît tout à fait normal.
• le Mal Caduc (ou Falling Sickness en anglais), désignant la chute, donnée majeurede la crise,

Si ces mots ne sont plus utiles en tant que diagnostic -qui s’est singulièrement restreint autour des crises dans la neurologie moderne - ils n’en sont pas pour autant désuets pour exprimer les divers aspects de la maladie. C’est encore ce que font les malades ou leur entourage pour essayer de dire ce qui leur arrive, en utilisant les mots du contexte culturel actuel.

C’est...
tracking img