Epilogue de "l'etranger" camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (709 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 Ce texte est un extrait de l'épilogue du roman L'Etranger de Albert Camus,      l'aumônier pénètre dans la cellule de Meursault, la conversation s'engage entre les deux hommes, les paroles dedouceur et d'espoir mettent Meursault hors de lui ; la tentative de repentir Meursault échoue et ce dernier se précipite sur l'aumônier le saisit au collet et l'insulte, c'est alors que Meursault a uneterrible révélation : tout homme naît pour mourir, d'une façon ou d'une autre nous sommes tous destinés à mourir.
quel regard Meursault « l'homme absurde » a-t-il sur la vie ?
     Cette partie estintéressante en ce qu'elle traite de deux sujets distincts : le champs lexical de la nature symbolique et la corrélation entre la vie et la mort.
Dans cet extrait, Meursault se retrouve au calme avec ledépart de l'aumônier. Sa présence fut un véritable supplice pour le condamné, comme le suggère : « lui parti, j'ai retrouvé le calme. J'étais épuisé et je me suis jeté sur ma couchette ».

     Atravers cette partie nous retrouvons le champs lexical d'une nature paisible dans une Algérie endormie, elle se manifeste déjà à la ligne 3 « je me suis réveillé avec des étoiles sur le visage », « desbruits de campagne », « des odeurs de nuit, de terre et de sel », « une marée », « le soir était comme une trêve mélancolique » « cette nuit chargée de signes et d'étoile », le sujet de la nature estun thème récurrent dans la philosophie de Meursault qui l'évoque récemment à travers son récit. Ce champ lexical souligne les valeurs bénéfiques de la nature « rafraîchissaient mes tempes » ; «merveilleuse paix ».

     La seule chose qui semble ne pas être absurde et dénuée de sens à ses yeux semble être cette nature dans laquelle il y trouve parfait repos et qui confesse ses pensées lesplus obscures.
     Toutefois, malgré ces instants de calme dues à la nuit paisible, de cette « merveilleuse paix de cet été endormi » (lg.6), c'est un moment capital pour Meursault car c'est « a ce...
tracking img