Epistémologie

Pages: 41 (10057 mots) Publié le: 22 mars 2011
Thomas KUHN – LA STRUCTURE DES REVOLUTIONS SCIENTIFIQUES I. BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR Il n’existe pas dans la littérature de biographie de l’auteur. Cependant il est important de préciser la façon dont l’ouvrage Structures des Révolutions Scientifiques se replace dans l’ensemble de son œuvre, et comment l’idée d’écrire un tel ouvrage lui est venue. Cet ouvrage n’est paru pour la première fois (nousavons étudié la seconde et dernière édition) qu’à la fin de l’année 1962, mais l’auteur avait déjà, quinze ans auparavant, le conviction qu’un livre de ce type (concernant l’Histoire et le développement des sciences) devait être écrit : il était alors étudiant en doctorat et rédigeait sa thèse de physique. Peu de temps après, il quittait les sciences pour leur histoire en recevant une bourse de laSociety of Fellows de l’université de Harvard. Pendant plusieurs années, les résultats de ses recherches furent publiés sous la forme d’articles historiques, le plus souvent narratifs, concernant l’émergence d’une nouvelle théorie ou découverte. L’idée lui vint en 1947, quand on lui demanda d’interrompre pour un temps son programme de physique en cours pour préparer un ensemble de conférences surles origines de la mécanique du XVIIème siècle. Pour cela, il dut d’abord se familiariser avec ce que savaient sur le sujet les prédécesseurs de Galilée et de Newton, et ces études préliminaires le menèrent rapidement à la Physique d’Aristote, où est discuté le mouvement, et aux travaux antérieurs qui en ont dérivé. Comme la plupart des historiens des sciences l’avaient fait avant lui, il entraitdans ces textes en connaissant la mécanique et la physique newtonienne. Tout comme eux, il se posait à la lecture de ces textes les questions suivantes : que connaissait de la mécanique la tradition aristotélicienne ? Que restait-il à en découvrir pour les savants du XVIIème siècle ? Posées dans le vocabulaire newtonien, ces questions demandent du coup une réponse dans le même langage. Et cetteréponse est tout à fait claire : même au niveau apparemment descriptif, les aristotéliciens ne connaissaient rien à la mécanique. Cette tradition ne pouvait donc pas fournir un fondement pour le travail de Galilée et de ses contemporains. Ceux-ci la rejetèrent donc par nécessité et recommencèrent au début l’étude de la mécanique. Ce type de généralisation, très répandu, ne manquait pas de surprendrel’auteur. En effet, Aristote a été un observateur précis de la nature. Dans les domaines tels que la biologie ou la politique, ses interprétations des phénomènes ont, de plus, souvent été profondes et pénétrantes. Kuhn en vint donc à se demander comment il se faisait que les talents qui le caractérisaient lui aient failli lorsqu’il se penchait sur le mouvement. Comment a-t-il pu dire tant dechoses qui apparaissent aujourd’hui comme des absurdités ? Et plus encore, pourquoi ses vues furent-elles prises au sérieux si longtemps par tant et tant de successeurs ? En essayant de répondre à ces questions, l’auteur fit la découverte d’une nouvelle manière de lire un ensemble de textes, notamment en se replaçant dans le contexte historique et les connaissances scientifiques acquises de l’époque.Appliquant cette méthode, les textes d’Aristote ne lui parurent plus aussi absurdes. Il ne s’agissait notamment pas de grossières erreurs de la part d’un être réputé intelligent, mais simplement de la généralisation d’un cas particulier : la théorie aristotélicienne n’était pas fausse, mais une généralisation trop importante d’un cas particulier. Pourtant la conception aristotélicienne a dominédurant une longue période les recherches scientifiques, avant d’être remplacée (car il ne s’agissait pas d’une modification), par la théorie newtonienne. Kuhn mit à profit les leçons que lui avait enseignées la lecture d’Aristote pour étudier d’autres auteurs comme Boyle et Newton, Lavoisier et Dalton, ou Boltzmann et Planck. Afin de mieux comprendre la domination d’une conception et l’émergence...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Épistémologie
  • Épistémologie
  • Epistemologie
  • épistémologie
  • Epistémologie
  • Epistemologie
  • Epistemologie
  • Epistémologie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !