Epitre au roy

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (354 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Roi des Français, plein de toutes bontés,
Quinze jours a1, je les ai bien comptés,
Et dès demain seront justement seize,
Que je fus fait confrère au diocèse
De Saint-Marry, en l'égliseSaint-Pris2.
Si3 vous dirai comment je fus surpris,
Et me déplaît qu'il faut que je le die4.
Trois grands pendards5 vinrent à l'étourdie7
En ce palais me dire en désarroi7 :
« Nous vousfaisons prisonnier, par le Roi.»
Incontinent8, qui fut bien étonné ?
Ce fut Marot, plus que s'il eût tonné.
Puis m'ont montré un parchemin écrit,
Où n'y avait seul mot de Jésus-Christ :II ne parlait tout que de plaiderie,
De conseillers et d'emprisonnerie.
« Vous souvient-il, ce me dirent-ils lors,
Que vous étiez l'autre jour là-dehors,
Qu'on recourut9 un certainprisonnier
Entre nos mains ? » Et moi de le nier !
Car, soyez sûr, si j'eusse dit oui,
Que le plus sourd d'entre eux m'eût bien ouï,
Et d'autre part, j'eusse publiquement
Eté menteur : car,pourquoi et comment
Eussé-je pu un autre recourir,
Quand je n'ai su moi-même secourir ?
Pour faire court, je ne sus tant prêcher
Que ces gaillards me voulsissent lâcher10.
Sur mes deux brasils ont la main posée,
Et m'ont mené ainsi qu'une épousée,
Non pas ainsi, mais plus raide un petit11.
Et toutefois j'ai plus grand appétit
De pardonner à leur folle fureur
Qu'à celle-làde mon beau procureur12 :
Que male mort les deux jambes lui casse !
II a bien pris de moi une bécasse,
Une perdrix, et un levraut aussi,
Et toutefois je suis encore ici !
Encor jecrois, si j'en envoyais plus,
Qu'il le prendrait. [...]
Si vous supplie, Sire, mander13 par lettre,
Qu'en liberté ces gens me veuillent mettre;
Très humblement requérant votre grâce
Depardonner à ma trop grande audace
D'avoir empris14 ce sot écrit vous faire;
Et m'excusez, si pour le mien affaire
Je ne suis point vers vous allé parler :
Je n'ai pas eu le loisir d'y aller.
tracking img