Equivalence ricardienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (488 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Gr 1 : Nina FEGER, Elise DESRUE, Claire FARGUES, Marie-Capucine GOUBE
Introduction :

Décider des grandes priorités budgétaires est l’une des principales prérogatives de tout gouvernement. Lebudget est une pièce maitresse de la politique économique, en raison de ses effets sur l’allocation des ressources, la redistribution des revenus et la politique conjoncturelle. Il y a peu de désaccordsentre les économistes sur le fait que le budget influe sur l’économie. La question est de savoir si cette influence est positive ou négative, et donc, si les gouvernements doivent utiliser ou non lebudget comme un instrument de politique conjoncturelle.

Le modèle Keynésien et l’équivalence ricardienne divergent concernant l’utilisation de la politique budgétaire. D. Ricardo, en 1817, dans sesPrincipes, oppose l’impôt à la dette comme moyen de financer la guerre. Pour lui, la dette a pour effet de gaspiller les ressources en amputant l’épargne privée : Ricardo reprend les thèsesclassiques contre le financement, par émission d’emprunt des déficits. R. Barro reprend en 1974 le théorème de Ricardo en y ajoutant l’hypothèse des anticipations rationnelles. Il s’inscrit dans le courant dela nouvelle école classique et s’oppose ainsi directement à la théorie keynésienne. Au contraire Keynes, soutient une théorie totalement différente. D’après lui, le marché est livrer à lui-même etn’arrive pas à revenir à un équilibre de plein emploi. Pour un retour plus rapide au plein emploi il préconise une intervention du gouvernement sur les déterminants de la production et de l’emploi. Ilutilise ainsi la politique budgétaire, préférée pour agir sur la demande globale en raison de ses effets directs sur l’économie.
On présentera tout d’abord, les théories en question : keynésienne etricardienne, pour ensuite les remettre en perspective.

Conclusion :

Keynes pour influencer le niveau de demande agrégée va faire des investissements publics. Au contraire Ricardo et Barro...
tracking img