Erasme- traite de civilite puerile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (850 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
intro:
L'éducation fut une grande préoccupation des Humanistes de la Renaissance qui voulaient en finir avec la scolastique médiévale et avec les mœurs peu raffinées de la société. Erasme ,moine etintellectuel majeur de l'époque, va se pencher sur la question de l'éducation, celle des princes  comme celle de tout homme de raison. Dans son Traité de civilité puérile, paru en 1530, il vacomposer un véritable petit manuel de savoir-vivre à l'usage des enfants en général, mais où il livre plus particulièrement une éducation complète du prince chrétien ( pour le futur Charles Quint), qu'ils'agisse de sa formation intellectuelle, morale ou politique, sans oublier la religion qui est au cœur même de cette éducation.

I)un raisonnement déductif pour justifier d’aborder «la plus humblesection de la philosophie»

a) Un raisonnement déductif (du général au particulier)
Érasme commence par une définition de "l'art d'instruire" en quatre domaines présentés apparemment par ordredécroissant d'intérêt, de la piété à la civilité en passant par les devoirs de la vie et surtout par les belles lettres. L'art d'instruire est donc l'art d'éduquer car il ne s'agit pas uniquement"d'instruction intellectuelle" mais bien de leçons de comportement individuel et social et aussi d'enseignement religieux et moral.
Cette vision des composantes de l'éducation est présentée comme une évidence :"L’art d’instruire consiste en plusieurs parties". Ce postulat,  au présent de vérité générale,  n'a pourtant rien d'évident à son époque et est bien plutôt le programme humaniste.
- Cependant de cesquatre "matières", il ne s'intéressera dans cet ouvrage qu'à la dernière : la civilité (le particulier). Cette partie est neuve, comme il le sous-entend : "d’autres se sont occupés des trois premièreset moi-même j’en ai traité maintes fois".

B) un domaine mineur mais pas moindre
- Si Erasme concède que "le savoir-vivre soit inné chez tout esprit bien réglé" et qu'il admette que "la...
tracking img