Erasme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1082 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’HUMANISME

ERASME

L’humanisme est un courant culturel européen qui s'est développé à la Renaissance (XIV et XV ième siècle)
Considérant que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées, les intellectuels de l’époque considèrent la quête du savoir comme essentielle. Ils prônent la vulgarisation de tous les savoirs, même religieux : la parole divine parexemple doit être accessible à toute personne, quelles que soient ses origines ou sa langue (traduction de la Bible en langue vulgaire par Erasme en 1516).
L’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. Les notions de liberté (ce que l'on appelle le « libre arbitre »), de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiositésont de ce fait indissociables de la théorie humaniste classique.
Erasme a fait partie de ce courant

INTRODUCTION

Erasme
Érasme est un humaniste et théologien néerlandais, né vers 1460.
C’est l'une des figures majeures de la Renaissance

Son oeuvre
Marguerite D’Angoulème écrivit plusieurs textes et recueils dont le plus important et le plus celèbre est le Heptaméron
L’Heptaméron estun recueil inachevé de 72 nouvelles .L'ouvrage tire son titre du fait que le récit se déroule sur sept journées, la huitième étant incomplète.

Le texte
L’Heptaméron raconte l’histoire de plusieurs aristocrates bloqués en raison d’inondation dans un village des Pyrénées qui pour passer le temps se racontent des histoires à tour de rôle.
Cette nouvelle est raconté par un devisant qui se nommeGeburon.
Chaque histoire est suivie d’un petit débat.
C’est aussi, un des chefs de file de l’évangélisme.

LECTURE DU TEXTE

EXPLICATION DE TEXTE

Ce texte présente trois caractéristiques principales :
1. C’est tout d’abord un récit très bref,
2. C’est un texte contenant de nombreux thèmes du courant humaniste,
3. C’est un apologue

I. La brièveté du récit.

Labrièveté est le propre des fabliaux médiévaux, des contes à rire colporté oralement où les personnages souvent populaires sont stéréotypés.
Les quiproquos sont nettement mis en évidence par un schéma narratif simple.

Personnages stéréotypés :

Ils ne sont pas nommés et sont déterminé de façon indéfini (« une bonne vieille » ;  « un soudard ») ou générique (« la bonne dame » ; « lesplusieurs »).
Pas de description physique ni de portrait psychologique, la caractérisation des personnages est liée au besoin du récit (le soudard est endormi et la vieille dévote).
Ils apparaissent et disparaisse au gré de l’action

Le Lieu
Il est sommairement décrit : la première phrase pose un décor avec un effet de zoom immédiat sur la chapelle
Cependant lesdescriptions sont habillement faites à travers le regard des personnages : le point de vue du soudard commente la description de la chapelle (obscure et fraîche) et celui la vieille ; la description de la statue (grande personnage…)

Schéma narratif rudimentaire (= peu développé/ élémentaire) :
1. Situation initiale : un soudard vient dormir dans un sépulcre (lieu).
2. Elémentperturbateur : une dévote arrive.
3. Péripéties : ligne 6 à 14.
4. Elément de résolution : le soudard se réveille.
5. Situation finale : la sottise de la femme.

II Les caractéristiques d’un texte humaniste.

Un cas digne d’être commenté : Un cas est un évènement digne d’être considéré et commenté car il possède une valeur exemplaire.
Pour leshumanistes, l’observation de la réalité est toujours une source d’enseignement. Donc derrière la signification du comique se cache une signification : apologue

Fonction satirique : Ce texte a clairement une fonction satirique car derrière l’attitude de la vieille femme, il y a une critique de la sottise religieuse des gens simples
Episode étonnant que ce passage où l’on voit la vieille...
tracking img